Le conseil de l’Onu pour les droits de l’homme proclame son attachement aux valeurs traditionnelles

Contactez-nous


Trouvez votre antenne régionale

ou appelez-nous au 0800 746 966

Le conseil de l’Onu pour les droits de l’homme proclame son attachement aux valeurs traditionnelles


CFam, 5 octobre 2012

GENEVE, 5 octobre (C-FAM) Les délégations diplomatiques des pays européens et des Etats-Unis ont essuyé une défaite lorsque, la semaine dernière, le Conseil des droits de l’homme adoptait une résolution réaffirmant l’existence d’un lien positif entre valeurs traditionnelles et droits de l’homme. Les délégations européennes et américaines, voient dans la tradition une menace pour les femmes, et les personnes lesbiennes, gay, bisexuelles et transsexuelles.

Cette résolution sur les valeurs traditionnelles est la troisième depuis 2009. La Russie pu faire passer cette résolution malgré les tentatives des autres Etats membres de faire échec à l’initiative.

La résolution actuelle, soumise par la Russie et rédigée en collaboration avec plus de 60 Etats (tous n’étant pas membres du Conseil), affirme que les valeurs traditionnelles sont communes à l’humanité entière et jouent un rôle positif dans la promotion et la protection des droits de l’homme. Elle énonce que « une meilleure compréhension et appréciation des valeurs traditionnelles partagées par l’humanité entière et incarnées dans les instruments universaux des droits de l’homme contribue à la promotion et à la protection des droits de l’homme et des libertés fondamentales dans le monde entier ».

Faisant écho à la Déclaration universelle des droits de l’homme, la résolution souligne que « les droits de l’homme ont pour origine l’inhérente dignité et la valeur de la personne humaine », et reconnaît le rôle positif de la famille des communautés et des systèmes éducatifs dans la promotion des droits de l’homme, appelant les Etats à « renforcer leur rôle par le biais des mesures positives appropriées ».

Les Etats européens et les Etats-Unis avaient déjà fait entendre leur opposition au concept de valeur traditionnelle lorsqu’une résolution ainsi intitulée avait été proposée par la Russie en 2009. Ils avaient aussi voté contre une telle résolution sollicitant un rapport du Comité consultatif du Conseil sur le lien étroit entre les valeurs traditionnelles et les droits de l’homme, en mars de l’année dernière. Lorsque cette mesure est passée, ces Etats ont pris contrôle du Comité consultatif et rendu un rapport dont le contenu est contraire aux intentions de départ de la résolution.

Les délégations européennes et américaines ont à plusieurs reprises contesté un concept de « valeur traditionnelle » qu’ils jugent trop vague et est souvent utilisé pour justifier la violence et la discrimination à l’encontre des femmes, des personnes lesbiennes, gays, bisexuelles et transsexuelles (LGBT). Cet argument n’ayant cependant pas pu émouvoir suffisamment de pays, ils ont tenté de faire obstacle à la résolution en demandant au Conseil d’attendre le rapport du Comité consultatif, celui-là même auquel ils s’étaient opposés dès le début.

La Russie a malgré tout soumis la résolution, confiante d’obtenir le nombre de votes nécessaires. Celle-ci a été adoptée avec 25 voies favorables, 15 voies défavorables, et 7 abstentions.

A l’occasion son adoption, le Ministère des affaires étrangères russe a déclaré : « La Fédération de Russie ainsi les corédacteurs [de la résolution] continueront à promouvoir l’idée de l’inséparable connexion entre les droits de l’homme et les valeurs morales traditionnelles au Conseil des droits de l’homme. »

Soulignant que « certains Etats ont voté contre le projet [de résolution] (en particulier les Etats-Unis et l’Union Européenne) », la Russie a déploré « [le] positionnement négatif de ces pays, leur manque de bonne volonté pour travailler ensemble sur le texte et les arguments fantasques invoquées contre le projet de résolution sont regrettables ».

L’année dernière, le président Obama a enjoint à toutes les agences fédérales de son pays, travaillant avec les services de la diplomatie américaine et les services d’assistance internationale, de promouvoir les droits des personnes LGBT.  L’insistance sur les valeurs traditionnelles dérange beaucoup la communauté LGBT, comme en témoigne le Gay Star News. La communauté craint que ces valeurs soient instrumentalisées pour défendre la famille naturelle, et qu’ils ne puissent pas faire dépénaliser l’homosexualité dans le monde entier.

Les commentaires sont fermés

0 Commentaires

Publié par:
Benoit

Publié sur:
octobre 7th, 2012

Publié dans: