Russie: un prêtre a sauvé 2000 bébés de l’avortement à Volgograd

Contactez-nous


Trouvez votre antenne régionale

ou appelez-nous au 0800 746 966

Russie: un prêtre a sauvé 2000 bébés de l’avortement à Volgograd


orthodoxie, octobre 18 2012

Священник Алексий (Тарасов) спас от аборта 2 тысячи малышей в ВолгоградеLe père Alexis (Tarasov) a commencé par dissuader lui-même des paroissiennes décidées à avorter, et a élaboré ensuite un programme, qui a été soutenu par les autorités.

Maintenant directeur du Centre de la défense de la maternité et de l’enfance auprès de la Société des médecins orthodoxes Archange-Raphaël, le prêtre Alexis Tarasov de la ville de Voljsk a reçu, pour son labeur de plusieurs années, une récompense internationale du Congrès mondial des familles. Le ministère de la Santé de la Fédération de Russie a souligné la contribution du prêtre dans la baisse du nombre des avortements sur le territoire de la région de Volgograd. Au cours des cinq dernières années leur nombre s’est réduit de 25%.

Le père Alexis a commencé son œuvre à l’église et a aussi  par des visites dans les hôpitaux pratiquant l’avortement. Il a discuté pendant des heures avec les femmes qui pour une raison ou une autre voulaient interrompre la grossesse. « J’ai moi-même 5 enfants ! » déclare le père Alexis. « Les enfants, c’est un don de Dieu, et en refusant ce don, on peut déclencher la colère du Très-Haut ! Nous devront tous répondre devant Dieu, et il est indispensable de préserver son âme et ne pas prendre sur soi un péché aussi grave ! »
Ne pouvant toutefois lutter seul, le père Alexis, avec ceux qui partageaient ses vues, a mis au point un projet de centre pour femmes enceintes en difficulté. En même temps, avec la bénédiction du diocèse, il s’est adressé aux autorités pour que son projet prenne vie.

 

« Le programme a été approuvé en 2002 par l’administration de Voljsk », continue le père Alexis. « Ensuite l’idée s’est développée au centre régional, avec le soutien de l’administration de Volgograd. Nous avons proposé que lors de chaque consultation demandée par une femme en vue d’un avortement, un psychologue soit présent. Souvent pour dissuader une femme d’une telle démarche, il faut simplement lui parler à cœur ouvert ».
Selon les données du département de la santé, depuis le moment de la réalisation du programme dont le prêtre orthodoxe est l’auteur, plus de 2000 habitantes de Volgograd ont renoncé à l’avortement. « Aujourd’hui, toutes les femmes qui veulent avorter sont envoyées par les gynécologues en consultation chez le psychologue » a déclaré le médecin principal de la maternité centrale n°2, Nicolas Jarkine. Le spécialiste mentionne ce à quoi s’expose la femme qui interrompt la grossesse et quelles maladies elle peut contracter ensuite. 20% des femmes, après de telles discussions, renoncent à leur projet et mettent au monde des enfants.

Le père Alexis aide non seulement en paroles, mais aussi en actes. Dans le centre de la préservation de la maternité et de l’enfance, les femmes reçoivent une aide juridique. Il y a là aussi un stock de vêtements. « Dans la mesure du possible, nous nous efforçons d’aider les femmes nécessiteuses. Il se pose maintenant avec  acuité la question de l’ouverture de foyers pour les mamans qui ont besoin d’un logement. Il est indispensable de  construire des logements et les aménager de telle façon que les femmes puissent y vivre avec leurs enfants jusqu’à ce que ce problème soit réglé », dit le père Alexis. Mais c’est difficile, sans l’aide des autorités et de bienfaiteurs on ne peut y faire face ».

Nathalie Ermichkine, âgée de 31 ans, est l’une des femmes que le prêtre a dissuadé d’avorter. La jeune maman avait perdu du jour au lendemain sa chambre dans un HLM et celui qui lui avait promis de se marier avec elle et d’élever l’enfant. Par désespoir, la jeune femme avait décidé de mettre fin à la grossesse. « Le psychologue de la clinique d’avortements m’a écouté et m’a conseillé de m’adresser au père Alexis » se souvient Nathalie. Je suis allée chez lui et je ne le regrette pas. J’ai mis au monde Alexandra et j’ai commencé à croire maintenant en une vie meilleure ».

Les commentaires sont fermés

0 Commentaires

Publié par:
Benoit

Publié sur:
octobre 21st, 2012

Publié dans: