Le Japon envisage d'interdir l'avortement pour relancer la natalité

Contactez-nous


Trouvez votre antenne régionale

ou appelez-nous au 0800 746 966

Le Japon envisage d’interdir l’avortement pour relancer la natalité


www.7sur7.be, 26/02/13

Le faible taux de natalité constitue un gros problème au Japon. En effet, il y a de moins en moins de contribuables pour payer les retraites, et la population active diminue rapidement, ce qui a un effet négatif sur l’économie nationale.

Seiko Noda, législateur à la Chambre des représentants japonaise depuis 1993, travaille sur le sujet depuis des années. C’est une femme expérimentée mais sa nouvelle proposition est plutôt inhabituelle et quelque peu exagérée. Dans une interview au journal le plus lu du Japon, Asahi Shimbun, elle a déclaré: « Si on veut que les gens fassent plus d’enfants,  il faut interdir l’avortement ».

Son projet est tout à fait cohérent d’un point de vue économique si l’on estime que personne n’a recours à l’avortement pour des raisons financières ou autres. De plus, les coûts entraînés par cette mesure pourraient annuler ses effets bénéfiques étant donné que l’Etat serait responsable des enfants issus de ces grossesse non désirées. Enfin, il faut considérer que forcer des femmes à garder leur enfant n’aura pas d’effet négatif sur leur productivité. En effet il pourrait par exemple s’agir de jeunes étudiantes contraintes d’arrêter les études ou d’abandonner leur emploi, voire les deux.

Mme Noda a déclaré: « Il faut commencer par résoudre le problème de la natalité. J’ai l’intention d’en parler lors du Comité spécial sur le déclin de la population après les élections de la Chambre haute. Non seulement on interdira l’avortement mais plutôt qu’une simple interdiction, nous devons aussi créer des lois pour gérer l’adoption, et faire en sorte que les enfants grandissent dans un environnement statisfaisant. »

Le simple fait qu’elle envisage une telle solution est le signe que les dirigeants japonais considèrent le taux de natalité comme un enjeu national. Les indicateurs leur donnent raison, bien qu’il ne soit pas certain qu’obliger des femmes à garder leur enfant ait un réel impact sur l’économie, que ce soit à court terme ou à long terme.

Les commentaires sont fermés

0 Commentaires

Publié par:
Benoit

Publié sur:
février 28th, 2013

Publié dans: