Sans débat préalable, le parlement français autorise la recherche sur l'embryon

Contactez-nous


Trouvez votre antenne régionale

ou appelez-nous au 0800 746 966

Sans débat préalable, le parlement français autorise la recherche sur l’embryon


radiovaticana.va, 2013/07/16

….. Réaction de l’archevêque de Rennes, Mgr Pierre d’Ornellas travaille sur les questions de bioéthique pour la Conférence des évêques de France RealAudioMP3

Il y a quelques jours seulement, l’archevêque de Rennes rappellait dans un communiqué que «nul n’est une personne sans avoir été d’abord un embryon humain». Pour lui « le choix entre le principe d’interdiction et l’autorisation encadrée doit faire l’objet d’un vrai débat qui conduise sereinement à une solution de progrès ».

« Faut-il avoir peur du débat ? Certainement pas ! » : Mgr d’Ornellas déplorait déjà l’absence de débat sur l’identité de l’embryon humain. L’écoute et la réflexion sont sont une nécessité. Les États Généraux de la bioéthique en 2009 en sont l’exemple soulignait le prélat, ils ont permis un vrai dialogue entre les composantes de la société».

Ce n’est pas sans raisons, solidement établies, que ce débat de bioéthique s’est conclu en juillet 2011 par le maintien dans la loi du principe d’interdiction de la recherche sur l’embryon humain et sur les cellules souches embryonnaires. En 2011, le législateur de 2011 a pensé nécessaire de mettre dans la loi que tout changement législatif sur la bioéthique devra être précédé d’un débat sous forme d’États Généraux. Mgr D’Ornellas s’interroge donc : « Pourquoi cet article de loi ne s’appliquerait-il pas à la recherche sur l’embryon humain ? Pourquoi avoir peur du débat en confinant aujourd’hui l’examen de cette question dans une soirée parlementaire ? » un vrai débat, qui conduise sereinement à une solution de progrès… Or, indique l’archevêque de Rennes, le progrès n’est vrai que si éthique et science sont reliées.

Le principe d’interdiction de recherche sur l’embryon humain, poursuit-il, alerte sur l’existence de l’écosystème humain. « Ne pas le respecter se retourne toujours, à plus ou moins longue échéance, contre nous. La science ne peut guider les choix politiques. Ceux-ci doivent discerner comment l’écosystème humain, qui précède l’État, est promu. L’écologie, si nécessaire et urgente, est aussi humaine », conclut Mgr d’Ornellas.

765 000 européens ont signé la pétition « Un de Nous »

L’initiative citoyenne « Un de Nous » poursuit sa collecte de signatures. Une pétition en ligne proposée par des citoyens européens demande à l’Union Européenne de ne plus financer la recherche impliquant la destruction d’embryons humains. Elle s’appuie sur un instrument de démocratie participative qui vient d’être mis en place.

L’objectif est de recueillir avant fin octobre 2013 un million de signatures provenant d’au moins 7 des 27 pays de l’Union Européenne. Pour l’heure, 765 000 signatures ont été recueillies en Europe dont 67 000 en France.

Le projet est soutenu dans l’hexagone par la Fondation Jérôme Lejeune, les Associations familiales catholiques, le Comité protestant évangélique pour la dignité humaine et Alliance Vita.

Photo : le collectif « Un de nous » a organisé un happening jeudi 11 juillet à côté de l’Assemblée nationale alors que les débats étaient en cours dans l’hémicycle pour dénoncer la proposition de loi sur la recherche utilisant l’embryon.

Les commentaires sont fermés

0 Commentaires

Publié par:
Benoit

Publié sur:
juillet 20th, 2013

Publié dans: