Au Brésil, une loi relance le débat autour de l’avortement

Contactez-nous


Trouvez votre antenne régionale

ou appelez-nous au 0800 746 966

Au Brésil, une loi relance le débat autour de l’avortement


la-croix, 4/8/13

Le pape François et Dilma Roussef, le 22 juillet 2013.

Quelques jours après la visite du pape, la présidente Dilma Rousseff a promulgué une loi légalisant l’accès à une contraception d’urgence pour les femmes victimes de violences sexuelles. L’Église catholique y voit une légalisation plus large de l’avortement.

La lune de miel aura été de courte durée. Quatre jours après le départ du pape François, la présidente du Brésil, Dilma Rousseff, a promulgué, jeudi 1er août, une loi rendant obligatoire le traitement des femmes victimes de violences sexuelles dans les hôpitaux publics et prévoyant la « prévention de la grossesse », sans plus de détail.

Elle avait été votée par le Congrès, le parlement brésilien, début juillet. Depuis, les députés catholiques et évangéliques et la Conférence nationale des évêques du Brésil (CNBB) avaient tenté de convaincre la présidente d’appliquer son droit de veto sur la loi, qui ouvre selon eux la porte à une légalisation plus large de l’avortement. Un sujet polémique au Brésil, pays qui compte 123 millions de catholiques, où l’avortement n’est autorisé qu’en cas de viol, jusqu’à huit semaines de grossesse, et quand la vie de la mère est en danger. Les représentants du mouvement pro-vie brésilien ont été reçus le 18 juillet par le chef de cabinet de la présidente. Sans succès.
…………

Les commentaires sont fermés

0 Commentaires

Publié par:
Benoit

Publié sur:
août 9th, 2013

Publié dans: