La vie, une vraie priorité du Magistère de l’Église

Contactez-nous


Trouvez votre antenne régionale

ou appelez-nous au 0800 746 966

La vie, une vraie priorité du Magistère de l’Église


hommenouveau, le 20-09-2013

Alors que l’entretien fleuve accordé par le Pape François aux Jésuites continue de susciter réactions et interrogations, le Saint-Père s’est adressé ce vendredi matin aux membres de la Fédération internationale des associations des Médecins catholiques, qui se sont rencontrés à Rome.

Il les a mis face à ce qu’il considère comme une « situation paradoxale » fondée d’une part sur les progrès de la médecine, grâce au travail des scientifiques et, d’autre part, sur « le danger » du médecin de perdre « sa propre identité de serviteur de la vie ». En effet, bien qu’étant par leur nature au service de la vie, les professions de santé se trouvent « parfois induites à ne pas respecter la vie elle-même ».

Face à cet aspect « contradictoire », l’Eglise fait donc appel « à la conscience de tous les professionnels et les volontaires ». Selon le Pape François : « Les choses ont un prix et sont vendables, mais les personnes ont une dignité, elles valent plus que les choses et n’ont pas de prix. Pour cela, l’attention à la vie humaine dans son ensemble est devenue ces derniers temps une vraie priorité du Magistère de l’Eglise ».

Pour le Pape François, « chaque enfant qui n’est pas né, mais qui est condamné injustement à être avorté, a le visage du Seigneur ».Même regard en ce qui concerne les personnes âgées : « chaque personne âgé, même si elle est infirme ou en fin de vie, porte en soi le visage du Christ. On ne peut pas les mettre de côté ! »

A la lumière de cette réflexion, le Pape a donc invité les médecins catholiques « à être des témoins et des diffuseurs de cette culture de vie ». Il les invite aussi à contribuer à reconnaître dans le vie humaine la «dimension transcendante, l’empreinte de l’œuvre créatrice de Dieu, depuis le premier instant de sa conception ». Dans sa conclusion, le Saint-Père a insisté : « Il n’existe pas une vie plus sacrée qu’une autreComme il n’existe pas une vie qualitativement plus significative qu’une autre. La crédibilité d’un système sanitaire ne se mesure pas selon à son efficacité, mais surtout par l’attention et l’amour envers les personnes, dont la vie est toujours sacrée et inviolable. »

Une intervention qui complète, face à un public précis, le passage commenté de l’entretien accordé par le Pape à La Civiltà Cattolica : « Nous ne pouvons pas insister seulement sur les questions liées à l’avortement, au mariage homosexuel et à l’utilisation de méthodes contraceptives. Ce n’est pas possible. Je n’ai pas beaucoup parlé de ces choses, et on me l’a reproché. Mais lorsqu’on en parle, il faut le faire dans un contexte précis. La pensée de l’Église, nous la connaissons, et je suis fils de l’Église, mais il n’est pas nécessaire d’en parler en permanence. » À vrai dire, s’il est clair que le message de l’Église ne peut se réduire à un discours sur l’avortement ou la contraception, c’est la situation actuelle qui impose à l’Église d’en parler à temps et à contre-temps.

Les commentaires sont fermés

0 Commentaires

Publié par:
Benoit

Publié sur:
septembre 20th, 2013

Publié dans: