Le gouvernement lance un site d’information sur l’avortement

Contactez-nous


Trouvez votre antenne régionale

ou appelez-nous au 0800 746 966

Le gouvernement lance un site d’information sur l’avortement


la-croix, 2013-09-27

Retour à l'accueil de l'espace IVGLa ministre du droit des femmes Najat Vallaud Belkacem a présenté vendredi 27 septembre un site d’information sur l’avortement pour contrer la présence grandissante sur Internet de sites anti-avortement. Les associations pro vie dénoncent un discours orienté.

La ministre du droit des femmes Najat Vallaud-Belkacem entend lutter contre « la prolifération de sites anti-avortement, qui diffusent une information mensongère et orientée sur la question ». La porte-parole du gouvernement affirme que le ministère a reçu de nombreux témoignages de femmes qui, pensant naviguer sur un site institutionnel, ont atterri sur des pages d’associations militantes anti-avortement.

Un site « neutre et de qualité »

« Ces sites sont extrêmement bien référencés et passent pour des sites institutionnels », a-t-elle insisté, vendredi 27 septembre, en rappelant l’attachement du gouvernement au droit à l’interruption volontaire de grossesse (IVG). Le site gouvernemental sera lancé samedi 28 septembre à l’occasion de la journée mondiale de mobilisation pour le droit à un avortement légal et sûr.

L’objectif affiché est de donner une information « neutre et de qualité ». Régulièrement mis à jour, le site listera notamment des lieux accessibles pour trouver des renseignements sur la question, ou réaliser l’intervention.

« Le gouvernement va toujours dans le même sens »

Mi-septembre, le Haut conseil à l’égalité avait recommandé la création d’un site institutionnel « clair et volontariste en faveur du droit à l’avortement » pour contrebalancer la forte influence des anti-IVG sur Internet, dans un rapport remis à Najat Vallaud-Belkacem.

Le principal site visé, ivg.net, présente sur sa page d’accueil un numéro vert renvoyant vers un centre de documentation médicale sur l’avortement. « On ne cache rien, notre seul objectif est de délivrer aux femmes une information claire et factuelle sur l’avortement », confiait une responsable à « La Croix » au moment de la remise du rapport. « Najat Vallaud Belkacem dénonce une désinformation d’un certain nombre de sites, mais on ne peut pas parler d’information neutre de la part du gouvernement, qui va toujours va toujours dans le sens des pro-avortement », estime Pascale Morinière, vice-présidente des associations familiales catholiques (AFC).

« Depuis quelques années, l’information donnée aux femmes souhaitant avorter se dégrade ; par exemple on ne leur présente plus les aides à la maternité lors des consultations précédant l’acte », regrette de son côté Laurence Rossignol, d’Alliance Vita. Elle déplore que le gouvernement « n’ait pas le courage de s’attaquer au problème des grossesses non désirées, et à la souffrance suscitées par les IVG ».

Extension du délit d’entrave à l’avortement

Najat Vallaud-Belkacem a par ailleurs évoqué l’amendement de la sénatrice PS Laurence Rossignol, adopté au Sénat lors de l’examen de la loi sur l’égalité entre les hommes et les femmes. Ce texte prévoit l’extension du délit d’entrave à l’IVG à l’entrave à l’accès à l’information sur l’IVG. Objectif : que des commandos ne puissent pas manifester aux abords des hôpitaux ou des centres d’avortement et d’information sur l’IVG. Mais certains sites anti IVG qualifiés de « mensongers » sont également dans le collimateur et sont visés par cet amendement. Celui-ci figurera donc dans le projet de loi qui passera en seconde lecture devant l’Assemblée nationale avant la fin de l’année.

Les commentaires sont fermés

0 Commentaires

Publié par:
Benoit

Publié sur:
septembre 29th, 2013

Publié dans: