Quand un ancien médecin avorteur dépose ses instruments aux pieds du pape

Contactez-nous


Trouvez votre antenne régionale

ou appelez-nous au 0800 746 966

Quand un ancien médecin avorteur dépose ses instruments aux pieds du pape


belgicatho.hautetfort.com, 2013/09/30

Il s’est approché du pape avec une petite mallette dont l’aspect était un peu inquiétant. A l’intérieur, il y avait une demi-douzaine d’instruments chirurgicaux, outils et pinces de diverses formes et tailles – que lui, le Docteur Antonio Oriente de Messina, ancien gynécologue avorteur, voulait remettre à tout prix à Bergoglio. Ce bagage qui lui avait déjà occasionné un grand nombre de problèmes lors de l’embarquement dans l’avion à Palerme, a été le protagoniste dans la Salle Clémentine du Vatican d’un épisode imprévu de valeur symbolique inhabituelle. A l’intérieur se trouvaient les instruments avec lesquels, jusqu’en 1986, le Docteur Orient avait brisé des vies avant qu’elles n’éclosent. Avant sa conversion, avant d’embrasser avec conviction et courage la route de la vie, ces instruments ont été entreposés pendant près de trente ans comme un signe concret du mal qu’ils avaient provoqué, d’un passé contre lequel il se bat maintenant. Il a voulu les laisser au Pape et, grâce à une bonne dose d’audace et de chance, il y a réussi, grâce aussi à l » »intercession » de quelques prêtres et d’un membre du service d’ordre. « Le Pape François m’impose les mains, prie pour moi, prend les instruments – c’est ainsi qu’il s’exprime dans le dossier qu’il a lui-même « posté » sur son profil Facebook – me donne le mandat d’évangéliser pour la vie et de défendre avec mes collègues la vie elle-même, me promet de prier sur ces instruments chirurgicaux ( …)». Oriente est vice-président de l’Association nationale des gynécologues et obstétriciens catholiques italiens et sa rencontre avec le pape a eu lieu le 20 septembre dernier, lors de l’audience avec des délégués des gynécologues catholiques de diverses associations. Bergoglio, dans son discours aux participants, avait dénoncé la « mentalité généralisée du profit, la « culture du rejet » qui asservit aujourd’hui tant de coeurs et d’intelligences et qui incite à éliminer des êtres humains, en particulier s’ils sont physiquement ou socialement plus faibles ». Puis il avait confié aux médecins catholiques la mission d’être « témoins et propagateurs de la « culture de la vie » ». Antonio Oriente fait cela depuis 1986, lorsqu’une conversion soudaine et profonde l’a conduit à abandonner ses instruments de mort pour devenir non seulement un médecin objecteur de conscience, mais un authentique témoin de la vie. Aujourd’hui Oriente, responsable de deux centres de consultation à Messine, organise des séminaires et des conférences, raconte son histoire dans des journaux et magazines, se souvient du moment où il a écrit sur une feuille « jamais plus jusqu’à la mort » et c’est ainsi qu’il se comporte depuis. « La remise des instruments de mort au Pape – commente Giuseppe Noia, ami d’Oriente et Président de l’Association des gynécologues et obstétriciens catholiques -, est le symbole de l’abandon d’un passé qui ne lui appartient plus mais est tourné vers l’avenir en présence du Seigneur de Miséricorde. Ce geste n’accuse personne, mais appelle le mal par son vrai nom et conteste de façon décisive cette culture de la manipulation sémantique qui fait d’un crime un droit. C’est un geste de purification et de rédemption non seulement pour ce collègue mais pour tous ceux qui aspirent à la vraie paix du cœur ».

Les commentaires sont fermés

0 Commentaires

Publié par:
Benoit

Publié sur:
octobre 3rd, 2013

Publié dans: