Une belle histoire pour finir l'année : celle d'un bébé qui a survécu à la RU 486

Contactez-nous


Trouvez votre antenne régionale

ou appelez-nous au 0800 746 966

Une belle histoire pour finir l’année : celle d’un bébé qui a survécu à la RU 486


leblogdejeannesmits, 31 décembre, 2013
C’est en Angleterre que se passe cette histoire qui se termine bien, un peu douce-amère… Il y a trois mois et demi, Shannon Skinner, 19 ans, de Knowles près de Bristol, découvrait qu’elle était enceinte – pour la deuxième fois. Avec son petit copain, Anthony Hunt, elle élevait déjà leur premier enfant qui avait alors neuf mois. Trop tôt, trop vite : ce deuxième bébé arrivait à un mauvais moment, où le couple rencontrait des problèmes : fallait-il accueillir une nouvelle vie dans ces conditions tout sauf idéales ?

 

Shannon et Anthony discutent, se posent des questions, et finissent par opter pour un avortement médicamenteux. Les comprimés et le suivi seront fournis par une clinique spécialisée dans la suppression des toutes petites vies : Marie Stopes International. Et Shannon – c’est elle qui le raconte } pleure son bébé.

 

Mais voilà qu’elle continue de souffrir de nausées matinales, et qu’elle ressent des mouvements en son sein. Les médecins qu’elle consulte assurent que ce sont des effets secondaires de l’avortement médicamenteux. De toute façon, dans la foulée de l’« IVG », Marie Stopes l’a persuadée d’accepter un implant contraceptif, alors ?

 

Mais Shannon Skinner se pose toujours des questions, fait un test de grossesse à domicile, qui s’avère positif. Quelques semaines se sont déjà écoulées depuis qu’elle a pris ses comprimés de RU 486 ; son médecin lui explique que cela est « normal » après un avortement, et prescrit lui-même un test qui sera négatif.

 

Le 20 décembre, se sentant toujours mal, elle retourne chez le médecin. Cette fois, il confirme qu’elle est enceinte. Et suggère qu’il s’agit d’un raté de l’implant : ce serait donc la troisième grossesse de Shannon… Le lendemain, elle fait vérifier l’affaire et découvre que c’est en réalité l’avortement qui a raté : le bébé qu’elle porte, une petite fille, en est à vingt semaines !

 

Mais va-t-elle bien ? C’est l’angoisse de la jeune maman : quel peut être l’état de santé d’un bébé qui a subi un avortement médicamenteux capable de causer des anomalies, et les doses d’hormones contraceptives libérées par l’implant ? Une échographie pratiquée la veille de Noël montre que tout va pour le mieux, mais l’échographiste douche bientôt l’optimisme de sa patiente en annonçant sombrement en s’autorisant à lui dire que la petite pourrait bien développer des anomalies fonctionnelles plus tard.

 

Bref, le corps médical essaie de se prémunir, n’est-ce pas ? Plusieurs médecins vont se charger de dire à Shannon qu’elle a encore trois semaines pour « choisir », puisque l’avortement est légal en  Grande-Bretagne jusqu’à 24 semaines…

 

Mais avec son ami, Shannon ne se sent pas le cœur de faire cela au bébé, qui a déjà survécu à tant de périls. « Nous avons décidé de garder le bébé, car nous pensons que ce serait pas bien d’avorter à ce stade. C’est évidemment un petit battant, et nous ne voulons pas lui faire davantage de mal. »


La naissance de cette petite fille-miracle est prévue pour le 7 mai, elle est enfin la bienvenue.

 

En attendant ses parents se sont plaints à Marie Stopes International, qui s’est contenté de publier un communiqué expliquant que « très occasionnellement, la pilule abortive peut ne pas fonctionner ». L’organisation assure qu’elle en avertit les femmes afin qu’elles puissent faire vérifier si leur avortement médicamenteux s’est fait avec succès « afin qu’un nouveau “traitement” puisse être demandé si nécessaire ».

 

Mais l’acharnement meurtrier a lui aussi ses ratés !

 

Les commentaires sont fermés

0 Commentaires

Publié par:
Benoit

Publié sur:
janvier 3rd, 2014

Publié dans: