En hommage aux petites brebis perdues.

Contactez-nous


Trouvez votre antenne régionale

ou appelez-nous au 0800 746 966

En hommage aux petites brebis perdues.


sos-tout-petits, 13 11 2013
Lettre ouverte à Mme Muniain, aux Évêques, aux Archevêques et à Sa Sainteté le Pape.

Madame, permettez moi de revenir sur le procès qui nous a opposés. J’étais poursuivi par le Ministère public pour vous avoir donné, le 26 Juin 2012, au bas de l’escalier qui conduit aux parties communes de l’immeuble, sis 10 rue Vivienne à Paris 2éme, au premier étage duquel se trouve le siège du Planning Familial, une médaille de la Vierge, ainsi qu’une paire de petits chaussons de bébé, qui ont été jugés « hautement symboliques ». Vous les avez acceptés « sans crainte mais avec surprise ».

A l’audience du 26 Juin 2013, à la 31éme Chambre correctionnelle du TGI de Paris, vous avez déclaré avoir été « d’autant plus bouleversée, que vous étiez catholique ». Vous avez demandé 8000 euros à titre de dommages et intérêts.

Le jugement du 16 Septembre 2013 vous a été favorable, mais la somme à vous verser à été réduite à 2000 euros.

La «thérapie » me concernant, demandée par Mme le Procureur à la fin de son réquisitoire, n’a pas été retenue.

– En dehors du coté surréaliste d’un procès à propos d’une médaille et d’une paire de petits chaussons, dans un temps où les valeurs sont inversées, je voudrais vous dire combien j’ai été étonné et attristé de votre attitude, non tant envers moi, qu’envers ce que commandent et ordonnent la Sainte Église, la raison droite, l’amour maternel et toute civilisation digne de ce nom: le respect de l’être que vous portiez peut être en vous, si petit, si faible, innocent, votre propre enfant qui ne demandait qu’à vivre, à être aimé et protégé, mais qui pouvait être menacé dans son existence, si vous vous rendiez bien dans un lieu où l’avortement est considéré comme un droit de la femme. La médaille et les petits chaussons n’avaient d’autre but, si c’était bien le cas, que de vous en préserver. Mais vous ne pouviez, à ce sujet, vous réclamer de l’Église catholique qui condamne l’avortement comme un crime abominable. Je ne vous juge en rien, mais seulement l’acte, si celui-ci était bien dans votre intention. Des femmes que nous rencontrons nous confient combien elles regrettent d’avoir perdu ainsi leur enfant. Mais nous leur disons qu’elles sont elles mêmes bien souvent victimes d’une ambiance délétère, que l’on pourrait qualifier de terrifiante.

Dieu donne tout son pardon à qui le lui demande du fond du cœur.

Le père Daniel Ange conseille à ces femmes de donner un nom à leur enfant et de lui demander ainsi pardon. Étant dans les mains de Dieu, il a déjà tout pardonné, il n’est plus une petite brebis égarée, et son ange contemple la face de Dieu.

Ainsi, la femme repentante est réconciliée avec Dieu, avec son enfant et avec elle-même. Seule la religion à ce pouvoir.

Et une psychanalyse?

Mgr Charles disait d’elle « Un confesseur, c’est moins cher ».

Et on pourrait ajouter : plus sûr.

– Dans le Livre de la Genèse (Gn 3,5), le serpent s’adresse à. Ève et non à Adam « Vous serez comme des dieux ».

La femme c’est l’enfant, la tendresse, le foyer, l’éducation, la famille, la société. Désormais,

si elle écoute le serpent, elle n’est plus au service de la vie, elle en est maîtresse, la tentation même du féminisme d’aujourd’hui.

Lénine disait: « Qui tient la femme, tient la société ».

Il n’y a pas, pour la femme, d’acte révolutionnaire plus grand que celui de tuer son propre enfant, rien qui ne puisse la blesser plus profondément et avec elle, la société tout entière. Elle se met elle-même au service de la Révolution.

Dieu Lui-même s’est adressé à une femme, non pour la perdition, mais pour la Rédemption.

– Le plus grand -et le plus indigne- massacre, jamais commis par l’humanité, contre la loi divine et contre elle-même est l’avortement volontaire entré dans la loi.

Ses victimes, toutes petites, se comptent non plus par millions mais, si on les additionne, par milliards (50 millions par an dans le monde, selon le FNUAP, année 2000, et sans doute bien davantage).

En France, suivant l’INSEE, leur nombre est d’environ 225 000 par an, soit en moyenne, plus de 600 par jour, dont une bonne partie par voie chimique (RU 486 ou Mifégyne), sans compter celles innombrables, par contraception hormonale (pilule, implant), et par stérilet, l’avortement passant souvent inaperçu parce que très précoce.

L’organisme le plus meurtrier est l’IPPF (International Planned Parenthood Federation). Fondé en 1952 à Bombay, première des ONG, répandu presque partout dans le monde, notamment dans les pays pauvres, introduit dans les rouages de l’ONU et des États, financé par le grand capitalisme et par les gouvernements, dont celui de la France, il est au cœur du génocide, la faux du mondialisme. Celui-ci est dans les mains de la Franc- maçonnerie et des sociétés secrètes, aux multiples ramifications : Fondation Rockefeller, CFR, Population Council, Bildelberg, Trilatérale, club de Rome…

Donnons la parole en France, à deux personnalités maçonniques:

Pierre Simon, deux fois grand Maître de la Grande loge de France, co-fondateur et ancien vice- président du Planning familial, principal rédacteur du texte le la loi Veil, dans son ouvrage, « De la vie avant toute chose » éd. Mazarine 1979 : à propos du changement d’attitude et de comportement de notre société devant la vie: « … n’y voyant plus un don de Dieu mais un matériau qui se gère. » ,p.2O9, et à propos des banques de sperme anonyme: « C’est, en un sens, la société tout entière qui féconde le couple», p.222. Il n’y a plus de filiation, mais seulement l’individualisme.

Alain Bauer, ancien grand Maître du Grand Orient de France, au Nouvel Observateur, le 12

décembre 2002 : «Nous avons œuvré pour faire reconnaître la liberté absolue de la recherche

scientifique contre les interdits moraux ». Ce fut chose faite le 16 Juillet 2013.

L’homme ne dépend plus que de lui même, sa liberté se substitue à la vérité devenue relative. Nous retrouvons ici Gn 3.5. Le complot est à l’évidence luciférien.

°- Que fait l’Eglise ? Et que font nos Evêques, nos Archevêques? On pourrait attendre de nos Pasteurs, une voix claire et courageuse. A part quelques exceptions qui pourraient presque se compter sur les doigts d’une main, c’est le silence. On se tait, et il faut se taire, je l’ai vécu. L’avortement fait rage, mais le mot lui-même n’est que très rarement prononcé, ilfait peur. Le silence sur la contraception est total, sauf lors de la préparation au mariage, alors qu’elle tue plus que l’avortement officiel et qu’elle dérègle l’esprit en séparant la sexualité de la fécondité.

Le 28 décembre, fête des Saints Innocents, on parlera, j’en ai été témoin, du tsunami qui a ravagé les côtes de l’Océan Indien mais rien sur celui qui ravage les consciences qui ne voient plus le crime.

Lors des discussions qui ont précédé le vote de la loi Veil, il y a eu, de fait, un accord tacite, entre le gouvernement et l’épiscopat. Si, il y a bien eu accord, ne peut-on penser à celui conclu le 21 Juin 1929 entre le gouvernement et l’épiscopat mexicain, sacrifiant les Cristeros?

Et comment ne pas citer cette déclaration récente de l’Evêque de Montpellier: « L’Eglise n’a pas à s’immiscer dans les lois civiles », définition même du laïcisme. Rappelons pour l’honneur du clergé, la définition de la saine laïcité par Mgr Hazeman, ancien Recteur du Sacré Cœur de Montmartre : « La politique est à César, et tout est à Dieu, même César, même la politique », charité politique dont parlait Pie XI.

On comprend mieux Mme Muniain et la stratégie du Planning familial : concilier l’inconciliable, le respect de la vie et la libération de la femme.

Quant à la Franc-maçonnerie, on peut se demander dans quelle mesure, elle n’a pas contaminé 1’Eglise.

Mais une vive lumière est venue de Rome avec la condamnation de la « culture de mort » par Jean Paul II et celle de « la dictature du relativisme » par Benoît XVI dissipant, les Ténèbres de l’homicide et du mensonge.

La guerre faite aux enfants n’est pas seulement philosophique, morale, culturelle, sociale, politique, scientifique, démographique, économique.., elle est tout cela mais elle est d’abord spirituelle, religieuse, eschatologique, celle des fins dernières, du salut éternel de l’homme, de Dieu contre Satan.

La victoire appartient à un petit enfant et à sa mère : l’Enfant Dieu et la Vierge immaculée, image de la faiblesse, de la tendresse et de la miséricorde. Il ne nous est demandé que d’être fidèles.

 

C’est dans cette espérance que je vous prie d’agréer, Madame, l’expression de mon dévouement et de mes respectueux hommages,

Excellences, l’assurance de mon profond respect,

Très Saint Père, l’expression de mon plus profond respect et de ma soumission filiale.

 

 

Xavier Dor,

Président de SOS tout petits.

Paris le 13/11/2013.

Les commentaires sont fermés

0 Commentaires

Publié par:
Benoit

Publié sur:
avril 18th, 2014

Publié dans: