Les militants de l’IVG se battent jouer un rôle dans les nouveaux objectifs du développement

Contactez-nous


Trouvez votre antenne régionale

ou appelez-nous au 0800 746 966

Les militants de l’IVG se battent jouer un rôle dans les nouveaux objectifs du développement


c-fam.org, 18 juillet 2014
C-FAM logo1.jpgLes militants de l’IVG se battent pour faire avancer leur agenda malgré leurs échecs récents. Les diplomates et les fonctionnaires internationaux sont restés entassés pendant une semaine dans des salles de conférence d’un siège de l’Onu surpeuplé pour négocier une nouvelle politique de développement. Les organisations militantes pro IVG et leurs alliés ont fait campagne pendant deux ans pour obtenir l’insertion aux accords des termes « droits reproductifs », comme élément important des nouveaux « objectifs du développent durable » (ODD).

 

En début de semaine, les présidents averti les Etats membres avec insistance que dernière minute » ont-il demandé. Mais dernier projet n’a pas évolué comme le voulaient les militants de l’IVG. 

 

Les présidents se sont montrés inflexibles. en disant que si aucun consensus n’était atteint, ils adopteraient les termes des accords de la Conférence sur le développement durable de 2012. Cette approche n’augure rien de bon pour les gouvernements favorables à l’Ivg, puisque la conférence n’a pas même fait mention des droits reproductifs.

 

Pendant les négociation, cinquante-huit Etats ont rédigé une déclaration dans laquelle ils plaident en faveur de l’inclusion de termes controversés : « les droits sexuels et reproductifs ».

 

Les nouveaux termes mélangent le vocabulaire précédent, « la santé sexuelle et reproductif » et l’actuel des « droits reproductifs ». L’insertion de ces expressions inquiète les Etats qui n’ont pas légalisé le « mariage » homosexuel ou l’avortement. En effet, ce langage n’a jamais été défini, même s’il est déjà utilisé par ceux qui font campagne en faveur de ces politiques.

 

L’Organisation mondiale de la santé, qui fait activement promotion de l’Ivg comme élément de la santé sexuelle et reproductive, a elle-même préconisé ces termes controversés.

 

Le « projet zero » des ODD, comme on l’appelle, sera la base des futures négociations qui débuteront cette automne. Les tensions se feront sentir jusqu’au dernier moment, avant la conclusion des nouveaux accords.

 

L’ambassadeur kenyan, qui copréside des négociations, a transmis des messages contradictoires sur les questions sensibles pendant toute la durée des pourparlers. Dans un moment de légèreté, il s’est ouvertement déclaré « agnostique », ajoutant qu’il se plierait à tout compromis entre les Etats membres.

 

Les militants se battent sans relâche pour faire avancer leur agenda, et ils craignent particulièrement que les erreurs des Objectifs du Millénaires se reproduisent. En effet, aucune mention de la « santé reproductive n’a été ajouté aux documents avant 2007. A l’époque, cela ne s’est pas fait sans bruit.

 

Suite aux plaintes de certains Etats, fatigués du lobbying agressif dont ils étaient l’objet, les présidents ont mis en garde les ONG, qui ne sont généralement pas admises à la table des négociations, de ne pas abuser de l’hospitalité de l’ONU. « Nous ne pouvons pas laisser le pont de confiance s’écrouler » a déclaré l’ambassadeur kenyan.

 

Mis à part les droits reproductifs, un des thèmes les plus polémique de la conférence est le financement des nouveaux objectifs du développement. La coalition la plus puissante rassem

ble 133 Etats, c’est le Groupe des 77.

 

Le G77 a mis en garde contre un échec des futures négociations en début de semaine à cause de cette question. Lors d’une conférence spéciale, les diplomates boliviens et brésiliens ont déclaré aux ONG que les pays riches essayaient de bouleverser le déroulement des négociations en mettant de coté un an et demie de pourparlers. Le lendemain, l’Union européenne a nié ces allégations.

 

Sans accord ce vendredi soir, la préparation des futurs objectifs sera probablement confiée à Jeffrey Sachs, gourou du développement et favori du Secrétaire General. Sachs est connu pour être un militant du contrôle démographique et d’une diminution rapide du taux de fécondité. Ses dernières propositions sur les ODDs incluent tous ces éléments.

 

C-Fam a publié un a article récemment qui explique pourquoi il est important que les droits reproductifs ne soient pas inclus aux nouveaux objectifs du développement.

Les commentaires sont fermés

0 Commentaires

Publié par:
Benoit

Publié sur:
août 3rd, 2014

Publié dans: