PMA et adoption : une injustice pour les enfants

Contactez-nous


Trouvez votre antenne régionale

ou appelez-nous au 0800 746 966

PMA et adoption : une injustice pour les enfants


lesalonbeige, 23 septembre 2014
 AFP PHOTO / POOL / PHOTO MARTIN BUREAUSuite à la décision de la Cour de cassation, les réactions s’enchaînent.

« Cette décision est dans la logique de ce que nous avions expliqué à propos de la loi Taubira : les premiers enfants adoptés en vertu de cette loi ont été conçus artificiellement à l’étranger et ainsi délibérément privés de père. […] »

« Cette matérialisation de l’enfant en gestation a permis de développer des pratiques de fabrication, de sélection, d’élimination, de vente et de troc d’enfants. Il est donc logique que l’embryon, devenu un objet disponible, puisse être aujourd’hui privé de père avec la PMA et demain privé de mère avec la GPA. »

  • L’Agence Européenne des adoptés estime que l’adoption sert aujourd’hui à régulariser des enfants fabriqués délibérément  sans père !

« Non seulement on n’a pas écouté les adoptés pendant les débats mais il parait que cela ne devait rien changer cette loi Taubira ! Or, aujourd’hui il parait normal de fabriquer à l’étranger des enfants sans père pour les faire adopter ! C’est un véritable droit à l’enfant qui s’instaure ! »

  • La Manif Pour Tous dénonce une pratique contraire à l’intérêt supérieur de l’enfant

« La justice confirme ainsi son encouragement à contourner la législation française. C’est hallucinant ! La PMA pour les couples de femmes aboutit à fabriquer volontairement un orphelin de père : est-ce cela le progrès ? La réponse est non »

« on soumet les enfants aux seuls désirs des adultes et, ce faisant, on les place dans des conditions de vie artificielles, ce qui va totalement à l’encontre de leur intérêt. »

« Les juges pensent certainement rendre service aux enfants de la même manière que les femmes qui les privent de père n’ont que des bonnes intentions à leur égard. Mais c’est le genre de bonnes intentions dont l’enfer est pavé: hélas, cette adoption ne répare pas le préjudice principal subi par l’enfant qui été privé délibérément de sa lignée paternelle. Au contraire, une telle décision revient à nier ce préjudice, empêchant d’autres femmes tentées par ces techniques de mesurer le préjudice ainsi causé à l’enfant. Ensuite, une telle adoption est un encouragement à multiplier le nombre d’enfants délibérément amputés de leur lignée paternelle pour pouvoir être adoptés. Enfin, si l’intérêt de l’enfant justifie de prononcer l’adoption demandée, alors il permettra de valider toutes les situations constituées au mépris de ses droits, notamment dans le cadre de l’adoption internationale, et paralysera les règles qui protègent justement les enfants contre les trafics de toute sorte. »

Les commentaires sont fermés

0 Commentaires

Publié par:
Benoit

Publié sur:
septembre 28th, 2014

Publié dans: