Les vertus thérapeutiques de la fidélité conjugale

Contactez-nous


Trouvez votre antenne régionale

ou appelez-nous au 0800 746 966

Les vertus thérapeutiques de la fidélité conjugale


lexpress, le
Unis pour le meilleur? Le bonheur conjugal a des effets bénéfiques attestés sur la santé.Unis pour le meilleur? Le bonheur conjugal a des effets bénéfiques attestés sur la santé.Que le corps guérisse l’esprit, nul ne peut plus en douter….. Mais que l’esprit, à son tour, guérisse le corps, pourrait sembler moins évident. Et pourtant… Les preuves en ce sens ne cessent de s’accumuler grâce, notamment, aux dernières découvertes en neurosciences. ……..Par quel mécanisme obtient-on ainsi un effet sur la sévérité de la maladie ? Il semble que le cerveau, après traitement par placebo, fabrique lui-même les substances actives, à l’exemple des opioïdes, qui réduisent la douleur, comme le ferait une piqûre de morphine. Une véritable usine à gaz, loin d’avoir livré tous ses secrets.

Phénomène tout aussi intriguant, les gens mariés ont moins de risques de développer une pneumonie, de subir une opération chirurgicale, de développer un cancer, de subir un infarctus ou de souffrir de démence. Ce fait établi a donné lieu à de nouvelles recherches, qui ont permis d’affiner le tableau. En étudiant plus précisément la qualité des relations conjugales, les scientifiques ont découvert que l’effet protecteur du mariage disparaissait en cas de disputes fréquentes dans le couple.

Les personnes « mal » mariées se révèlent même en plus mauvaise santé que celles restées célibataires ! Des expériences menées aux Etats-Unis montrent notamment qu’au sein des couples qui se déchirent les défenses immunitaires des intéressés s’affaiblissent et les coupures sur la peau mettent plus de temps à cicatriser. C’est donc la félicité conjugale, et non la vie commune en elle-même, qui serait bénéfique pour la santé.

L’explication ? L’écoute, les gestes, le soutien d’un conjoint réconfortant permettent une meilleure régulation des émotions négatives, dont les effets délétères sur l’organisme sont désormais prouvés. La colère est un exemple. Dans les deux heures qui suivent un emportement, le risque pour un individu de souffrir d’un infarctus est multiplié par cinq et celui de souffrir d’un AVC par trois, selon la méta-analyse (une synthèse des résultats de toutes les études publiées dans le monde sur le sujet) effectuée par une équipe américaine et parue le 4 mars dans la revue European Heart Journal. Ce risque reste faible en valeur absolue, mais il constitue une menace réelle pour les personnes connaissant des accès de colère récurrents.

Les voies qu’emprunte l’esprit pour parler au corps sont de moins en moins impénétrables. De nouvelles disciplines ont aussi émergé, croisant plusieurs spécialités et portant, de ce fait, des noms à rallonge. La psychoneuroimmunologie associe la psychologie, la neurobiologie et l’immunologie (l’étude de notre système de défense contre les microbes). Elle vise à comprendre la manière dont le psychisme influe sur l’organisme. Même finalité pour la psychoneuro – endocrinologie, qui implique l’endocrinologie (la science des hormones)……..

Les commentaires sont fermés

0 Commentaires

Publié par:
Benoit

Publié sur:
octobre 15th, 2014

Publié dans: