Polygamie : "Dieu a créé un homme et une femme, pas un homme et trois épouses"

Contactez-nous


Trouvez votre antenne régionale

ou appelez-nous au 0800 746 966

Polygamie : « Dieu a créé un homme et une femme, pas un homme et trois épouses »


aleteia, 14/10/2014
Pour Mgr Alexis Touabli Youlo, président de la Conférence des évêques de Côte d’Ivoire et membre du synode, la polygamie est un fléau.

La polygamie est-elle vraiment une réalité du continent africain, où est-ce un cliché ?
Mgr Touabli Youlo :
La polygamie est présente en Afrique, c’est un indéniable. Mais cette présence n’est pas la même partout. Elle est plus forte là où dominent l’Islam  – comme au Mali ou au nord Guinée – ou la religion traditionnelle, que dans les pays marqués par l’évangélisation. De même, il y a une différence entre les zones rurales et urbaines. En ville, la vie coûte plus cher (loyer, eau, électricité) et ne permet pas aux hommes, qui gagnent en moyenne l’équivalent de 300 euros, d’avoir plusieurs épouses. En réalité, la polygamie concerne les deux extrêmes : une élite qui a les moyens et les milieux ruraux, où les contraintes économiques sont moindres. Enfin, en raison de l’urbanisation croissante et des progrès de la christianisation, elle n’a pas la même ampleur aujourd’hui qu’il y a cinquante ans.

Là où elle existe, comment est-elle considérée par la société africaine ?
Mgr Touabli Youlo :
Dans le contexte traditionnel, elle n’est pas regardée comme quelque chose de mauvais ou d’anormal. Dans ce contexte, personne n’est choqué qu’un roi ou un chef de tribu ait ou deux ou trois épouses. C’est le contraire qui choquerait. En zone urbaine, où les mentalités sont évoluées, on n’applaudit pas un polygame. Aucune femme qui a été à l’école n’accepterait d’être la deuxième ou la troisième épouse. En milieu musulman, par contre, à cause de la religion, la polygamie n’est pas un problème.

Quelles sont ses conséquences ? Quelles souffrances engendrent-elles ?
Mgr Touabli Youlo :
Autrefois, vu sous l’angle démographique, elle a pu peut-être avoir un effet positif sur le renouvellement des générations. En réalité, la polygamie est un fléau. Les pères ne s’occupent pas ou mal de leurs enfants car ils en ont trop. Or, chaque enfant a besoin d’un père et d’une mère pour grandir. Ce sont ces enfants, qui sont souvent abandonnés à eux même, qu’on arme quand il y a une rébellion, parce qu’ils n’ont ni père ni repère. Quant aux femmes, leur vie est souvent intenable. J’en ai des exemples tous les jours. La rivalité entre les épouses n’exclut pas les empoisonnements. Elles ont également recours à certaines pratiques fétichistes pour que leur mari les regarde plus que les autres. Elles souffrent aussi de ne pas avoir les moyens d’élever leurs enfants convenablement.

Quelle est la parole de l’Eglise d’Afrique sur la polygamie ?
Mgr Touabli Youlo :
Dieu a créé un homme et une femme, pas un homme et trois épouses : il veut le mariage monogamique. La parole de l’Eglise est claire : elle dit non à la polygamie. Même dans les cas où cela doit passer par un renoncement.

Que dites vous aux polygames qui veulent rentrer dans l’Eglise ? Et pour commencer, y en a-t-il ?
Mgr Touabli Youlo :
En Côte d’Ivoire, où le catholicisme est en progression constante, les cas sont de plus en plus fréquents. Il s’agit  en général de gens âgés de milieux ruraux et de religion traditionnelle, qui un jour, rencontrent le Christ et demandent le baptême. Les hommes le reçoivent alors avec la première épouse, que l’Eglise reconnaît comme légitime et tous deux se marient sacramentellement. Parallèlement, l’Eglise demande au mari de ne plus avoir de vie intime avec les autres épouses. Ces dernières continuent toutefois à faire partie de la famille élargie, qui subvient toujours à leurs besoins et celui de leurs enfants.

Qu’attendez-vous du synode par rapport à la polygamie ?
Mgr Touabli Youlo :
Qu’il condamne fermement cette pratique, dont il a d’ailleurs déjà été question à plusieurs reprises dans les débats. L’Eglise ne doit pas faire d’exception, par complaisance, vis-à-vis de l’Afrique. L’Eglise est une, ses enseignements et ses exigences sont les mêmes pour tous.

Les commentaires sont fermés

0 Commentaires

Publié par:
Benoit

Publié sur:
octobre 17th, 2014

Publié dans: