Pape François : ses confessions post-synodales sur le mariage et la famille

Contactez-nous


Trouvez votre antenne régionale

ou appelez-nous au 0800 746 966

Pape François : ses confessions post-synodales sur le mariage et la famille


aleteia, 10.11.2014

Original shrine of Schoenstatt in Germany_

Les réponses du Pape aux questions des fidèles du Mouvement de Schoenstatt peuvent donner une idée de qui s’est dit à huis clos durant le synode.
Quelques jours après la fin des travaux de l’assemblée extraordinaire du synode sur la famille, le Pape a reçu 7 500 membres du Mouvement apostolique de Schoenstatt, qui fêtait à Rome le centenaire de sa fondation par un prêtre allemand, le père Josef Kentenich. À cette occasion, François a pris du temps pour répondre aux questions des fidèles, notamment autour du mariage et de la famille. Sur ces sujets, comme sur d’autres, le pape a ses idées propres, nourries par sa longue expérience de pasteur. Mais comment ne pas penser qu’en répondant, il n’avait pas en tête les multiples interventions auxquelles il a assisté – en écoutant et en prenant des notes ? Ses propos, qui rappellent sa pensée ou la font découvrir, permettent de se faire une idée de ce qui s’est dit lors de ce synode historique.

 La famille n’a jamais été aussi attaquée« Je  pense que la famille chrétienne, la famille, le mariage, n’ont jamais été aussi attaqués qu’en ce moment (…) Combien de familles sont blessées, combien de mariage cassés, que de relativisme dans la conception du sacrement du mariage. En ce moment, d’un point de vue sociologique et du point de vue des valeurs humaines, comme de celui du sacrement catholique, du sacrement chrétien, il y a une crise de la famille ; crise parce qu’elle prend des coups qui la blessent de tous les côtés. »
Dire les choses clairement et accompagner« Que pouvons-nous faire ? Nous pouvons faire de beaux discours, des déclarations de principe. Cela, c’est sûr, il faut le faire. Regardez, ce qu’ils proposent, cela n’est pas le mariage. C’est une association. » Parfois, il est nécessaire de dire les choses clairement et nous devons le faire ! [Mais il faut aussi] Accompagner. Cela signifie [aussi] perdre son temps. Le plus grand maître du « perdre son temps » est Jésus. Il a perdu son temps en accompagnant pour faire murir la conscience, guérir les blessures, enseigner… Accompagner, c’est cheminer ensemble.  »
Revoir la préparation au mariageOn ne peut pas préparer des fiancés au mariage avec deux rencontres et deux conférences. C’est un péché d’omission de notre part, de la part des prêtres et des laïcs qui tiennent en principe à sauver la famille. La préparation au mariage doit être plus lente (…) il faut préparer les fiancés en leur faisant comprendre ce qu’ils sont en train de faire. Beaucoup ne savent pas ce qu’ils font ! Ils se marient sans savoir ce que signifient les choses qu’ils se promettent (…) ils n’ont pas pris conscience  que c’est « pour toujours » (…) La culture du provisoire, nous la vivons non seulement dans la famille, mais chez les prêtres. Un évêque m’a dit qu’un jour, un jeune excellent se présenta à lui en lui disant : « Je voudrais être prêtre, mais seulement pour dix ans ». [Aujourd’hui], c’est comme si on avait oublié le « pour toujours ».
La souffrance des enfants du divorceDurant le synode, un évêque s’est demandé : « est-ce que les prêtres sont conscients de ce que souffre un enfant quand ses parents se séparent ? » (Le cardinal Schönborn, ndlr, cf. aleteia http://www.aleteia.org/fr/religion/contenu-agrege/synode-sur-la-famille-noublions-pas-les-enfants-du-divorce-plaide-le-cardinal-schonborn-5827091828310016 ). Ce sont les premières victimes ! Comment accompagner les enfants ? Comment les aider afin que les parents qui se séparent ne les utilisent pas comme otages ? De nombreuses psychologies pseudo pathologiques et personnes qui détruisent les autres avec leur langue viennent d’une éducation où le père critiquait la mère et la mère critiquait le père. Ce sont des choses dont il faut se rapprocher et qu’il faut accompagner. [Il faut] que les gens aient conscience de ce qu’ils font.

Cohabitations, séparations, divorces : accompagner avec patience

« [Aujourd’hui], les jeunes ont un fiancé, une fiancée, mais ne se marient plus. Une mère me demandait : « Père, qu’est-ce que je peux faire pour que mon fils qui a 32 ans se marie ? ». « Madame, il faut d’abord qu’il ait une fiancée ». « Mais il a une fiancée, mais ne se marie pas ! ». « Eh bien si il a une fiancée et qu’il ne se marie pas, ne lui repassez plus ses chemises, et vous verrez qu’il se mariera ! ». Que de jeunes ne se marient pas, vivent ensemble complètement, ou alors, comme je l’ai vu dans ma propre famille, cohabitent à temps partiel, c’est-à-dire sont du lundi au vendredi avec leur fiancé(e), et du vendredi au dimanche avec leur famille. Ce sont des nouveaux modèles, qui détruisent et limitent totalement la grandeur de l’amour du mariage (…) Il faut accompagner les nombreuses cohabitations, séparations et divorce par le « corps à corps », et non pas en faisant du prosélytisme, parce que cela ne donne aucun résultat. Accompagner avec patience, patience. Un mot aujourd’hui, un autre demain… Voilà ce que je vous suggère. »

Les commentaires sont fermés

0 Commentaires

Publié par:
Benoit

Publié sur:
novembre 16th, 2014

Publié dans: