Je suis devenue mère après un viol. Ma famille m'a rejetée

Contactez-nous


Trouvez votre antenne régionale

ou appelez-nous au 0800 746 966

Je suis devenue mère après un viol. Ma famille m’a rejetée


Une femme, qui tient à rester anonyme, est tombée enceinte à la suite d’un viol.
C’est dans la clinique où elle est censée avorter qu’elle comprend qu’elle veut élever cet enfant, peu importe comment tout a commencé.

« Je ne peux juste pas comprendre comment quelque chose d’aussi horrible a créé quelque chose d’aussi beau. »

« Je l’aime de façon inconditionnelle »

Sa fille naît six mois plus tard et elle l’aime « complètement, profondément, passionnellement, de façon inconditionnelle ».

Le problème ? Elle est bien la seule.

Sa famille la rejette et ne comprend pas comment elle a pu garder un enfant issu d’un viol. Quand elle envoie des photos de sa fille à neuf de ses proches, la seule réponse qu’elle obtient est la suivante :

« J’aimerais sincèrement me réjouir pour toi. »

« Nous sommes réduites au silence »

Un rejet difficile à vivre pour cette maman qui redoute le jour où elle devra dire à sa fille qui est son père. Celle-ci a déduit, pour le moment, qu’elle était issue d’un don de sperme.

« Elle n’a pas choisi la façon dont elle a été conçue, elle n’a pas choisi l’identité de son père. Comme moi, elle est la victime de la violence d’un autre, et elle va en souffrir toute sa vie. [Les féministes] oublient ce qu’il arrive quand on ne peut pas ou qu’on ne veut pas avorter à la suite d’un viol. Nous sommes réduites au silence par la honte et nous sommes stigmatisées. Un jour, je devrai dire la vérité à ma fille. La vérité débute et se termine par ‘ce n’est pas de ta faute’. La seule chose que j’espère, c’est qu’un jour je serai capable de dire la même chose me concernant, et d’y croire. »

Les commentaires sont fermés

0 Commentaires

Publié par:
Benoit

Publié sur:
mai 8th, 2015

Publié dans: