Jean-Pierre Coffe évoque la mort de son fils avec émotion dans Toute une histoire

Contactez-nous


Trouvez votre antenne régionale

ou appelez-nous au 0800 746 966

Jean-Pierre Coffe évoque la mort de son fils avec émotion dans Toute une histoire


telestar, 22/06/2015
Capture d’écran 2015-07-01 à 19.03.54Ce lundi 22 juin, Jean-Pierre Coffe était l’invité de Toute une Histoire, émission présentée par Sophie Davant. Celui-ci a évoqué non sans émotion, la perte de son fils, alors qu’il n’était même pas né. Le chroniqueur culinaire a d’abord tenu a expliquer pourquoi il avait écrit un livre, Une Vie de Coffe : « Je crois que finalement, je n’avais pas envie qu’on fasse un livre sur moi. Je préférais le faire moi-même. Quand on fait de la télévision, le public imagine qu’on a une vie de rêve et qu’on ne peut pas avoir d’emm*rdes. Mais on est comme les autres, quand les lumières s’éteignent, on est confronté aux mêmes problèmes de m*rde que tout le monde !« 

Puis Jean-Pierre Coffe évoque son ex-compagne, qui ne paraissait pas être très enjouée à l’idée d’avoir un enfant : « J’ai appris un jour que ma femme était enceinte et je ne l’ai pas trouvée si réjouie que ça je pensais que ça allait être une fête formidable, qu’on allait déboucher le champagne, fêter ça, pour moi c’était une fête joyeuse. Pas pour elle. Je ne voyais rien qui la réjouissait d’avoir un enfant et rien qui ne se préparait. (…) On a eu cinq, six mois de grossesse comme ça qui ont été extrêmement pénibles.« 

Jean-Pierre Coffe ne comprend toujours pas pourquoi son ex-femme a refusé cet enfant : « Pourquoi ? Je n’en sais rien. Peut être finalement, mais ça c’est que je pense maintenant, parce que depuis la sortie de mon livre je ne fais que repenser à ça, (…) avait-elle déjà quelqu’un dans sa vie, peut être que cet enfant n’était pas de moi je n’en sais rien. Toutes les hypothèses sont possibles dans ce cas-la. »

Il évoque ensuite ce jour terrible où son ex-compagne a décidé d’avorter, seule, sans le prévenir : « Un jour (…) sept mois à peu près après le début de la grossesse, je rentre chez moi, l’appartement est dans un calme total, et pourtant bizarrement j’entends des gémissements, quelque chose paraît louche. Je m’avance, traverse la chambre, la porte de la salle de bain est ouverte et je vois ma femme dans une espèce de mare de sang. (…) Le Samu est arrivé, on l’a transportée en ambulance et on ne voulait pas que je la voie. Je suis resté pour nettoyer, il y avait du sang partout, et j’ai découvert un petit tuyau, l’ustensile dont se servaient les faiseuses d’anges quand avorter était interdit. C’était un acte volontaire, un avortement voulu, et pas une fausse couche. Et là effectivement tout s’écroule. Comment voulez-vous que le couple résiste à ça ! J’avais l’impression d’avoir été trahi et je ne connaissais pas les raisons de cet acte volontaire ! J’ai été dans une extrême colère… Je pense que j’aurais pu faire une connerie.« 

Un épisode traumatisant, qui selon Jean-Pierre Coffe, expliquerait pourquoi il n’a pas d’enfant aujourd’hui : « Les circonstances ont fait que je n’ai pas pu, ou eu envie [de] refaire des enfants et finalement ça m’a manqué toute ma vie et quand je vois des jeunes enfants même si ce ne sont pas les miens je suis malgré tout très bouleversé.« 

Les commentaires sont fermés

0 Commentaires

Publié par:
Benoit

Publié sur:
juillet 1st, 2015

Publié dans: