Droit à l’avortement : le Numéro Vert répondra à toutes les questions ! Enfin presque…

Contactez-nous


Trouvez votre antenne régionale

ou appelez-nous au 0800 746 966

Droit à l’avortement : le Numéro Vert répondra à toutes les questions ! Enfin presque…


bvoltaire, 28/09/2015
À l’occasion de la Journée mondiale pour le droit à l’avortement, Marisol Touraine, a annoncé la mise en place, suspense, suspense… d’un Numéro Vert. Il y avait longtemps.

Terrorisme, échec scolaire, catastrophe naturelle, IVG, tout problème, à défaut d’avoir sa solution, a son Numéro Vert. Trop super.

Un Numéro Vert, ça ne mange pas de pain, ça n’apporte rien puisqu’en l’occurrence celui-ci se contente de renvoyer automatiquement sur les sempiternelles antennes du Planning familial de chaque département, mais ça fait plaisir aux copines de Marisol Touraine qui tweetent furieusement sur le hashtag #IVGcestmondroit, même si, à dire vrai, eu égard à l’âge de certaines, cette revendication est aussi théorique que celle d’un chauve à venir avec des dreadlocks au bureau.

« Cent écoutants, écrit Le Monde, seront ainsi disponibles pour apporter des réponses sur ce thème qui suscite de nombreuses questions chez les femmes. »

Le Monde a raison, nous autres « femmes » nous posons « de nombreuses questions ».

Des questions sur l’anonymat absolu de ce Numéro Vert, dont on nous garantit même qu’il ne laissera « aucune trace sur la facture ». Ça alors. Et dire qu’en cette période de rentrée, on vient de garantir aux parents que rien ne serait fait, touchant de près ou de loin leur cher petit, sans leur accord préalable : pas de photographie, pas d’antiseptique dans la cour de récréation, etc. Mais ce principe méticuleux ne tient plus, en revanche, quand il s’agit d’avortement, événement un tout petit peu moins anodin, pourtant, qu’un genou écorché. À l’insu des parents, la jeune mineure sera prise en charge par des inconnus qui ignorent tout de sa vie, de son état de santé physiologique et psychologique, de ses attentes, de ses fragilités. Parce que le droit à l’IVG écrase tous les autres, l’autorité parentale est mise entre parenthèses, le père et la mère dépossédés, tenus à l’écart sciemment par l’État.

Des questions, encore, sur le délai de réflexion, dont la suppression vient d’être votée par le Sénat il y a 15 jours, car il était « infantilisant ». On se gratte la tête, perplexe : réfléchir, infantilisant ? L’impulsion, pourtant, est le propre de l’immaturité. Toute l’éducation consiste à susciter la réflexion : du bébé qui traverse la rue « sans réfléchir », au lycéen qui se lance tête baissée dans son devoir et se plante, parce qu’il n’a pas, dixit le prof, « réfléchi ». On « réfléchit » ensuite pour acheter son électro-ménager, son premier appart’, et la loi prévoit même un délai de rétractation, pour « encore réfléchir ». On « réfléchit » surtout avant d’avoir un enfant. On se demande même tellement longtemps si c’est le moment que la maternité, en France, n’a jamais été aussi tardive. Une jeune femme qui « réfléchit » ainsi fait donc montre, si on suit bien le gouvernement, d’un comportement infantile ? Ou l’IVG serait-elle le seul acte de la vie pour lequel la réflexion serait une régression ?

Des questions, enfin, quant au regard que portera l’Histoire sur ce curieux pays si prompt à ouvrir ses bras aux migrants, quand il s’emploie à refouler si méthodiquement ses propres enfants, ces petits clandestins de la vie, rentrés – malgré eux – par effraction dans le destin de leur mère, ces sans-papiers qui ne figureront sur aucun état civil.

Des questions auxquelles ne répondra aucun de ces « écoutants ».

Les commentaires sont fermés

0 Commentaires

Publié par:
Benoit

Publié sur:
septembre 30th, 2015

Publié dans: