Chronique d'une guerre annoncée

Contactez-nous


Trouvez votre antenne régionale

ou appelez-nous au 0800 746 966

Chronique d’une guerre annoncée


leblogdejeannesmits, 14 novembre 2015
Mère Teresa le disait, en recevant son prix Nobel à Oslo en 1979 :« Le plus grand destructeur de la paix, aujourd’hui, est le crime commis contre l’innocent enfant à naître.

Si une mère peut tuer son propre enfant, dans son propre sein, qu’est-ce qui nous empêche, à vous et à moi, de nous entretuer les uns les autres ? L’Écriture déclare elle-même : “Même si une mère peut oublier son enfant, moi, je ne vous oublierai pas. Je vous ai gardés dans la paume de ma main.” Même si une mère pouvait oublier… Mais aujourd’hui on tue des millions d’enfants à naître. Et nous ne disons rien. On lit dans les journaux le nombre de ceux-ci ou de ceux-là qui sont tués, de tout ce qui est détruit, mais personne ne parle des millions de petits êtres qui ont été conçus avec la même vie que vous et moi, avec la vie de Dieu. Et nous ne disons rien. Nous l’admettons pour nous conformer aux vues des pays qui ont légalisé l’avortement. Ces nations sont les plus pauvres. Elles ont peur des petits, elles ont peur de l’enfant à naître et cet enfant doit mourir ; parce qu’elles ne veulent pas nourrir un enfant de plus, élever un enfant de plus, l’enfant doit mourir. »

Cela n’enlève rien à l’horreur du massacre de vendredi qui résulte d’un attentat guerrier contre des innocents, des gens paisibles, des gens comme vous et moi.

Les commentaires sont fermés

0 Commentaires

Publié par:
Benoit

Publié sur:
novembre 20th, 2015

Publié dans: