Jean-Frédéric Poisson : "quand les échographies des femmes qui veulent avorter sont mieux remboursées que celles des femmes enceintes, on ne peut que constater que la propagande gouvernementale pro-IVG continue"

Contactez-nous


Trouvez votre antenne régionale

ou appelez-nous au 0800 746 966

Jean-Frédéric Poisson : « quand les échographies des femmes qui veulent avorter sont mieux remboursées que celles des femmes enceintes, on ne peut que constater que la propagande gouvernementale pro-IVG continue »


A la veille des quarante ans de la loi Veil, Marisol Touraine a annoncé, vendredi 15 janvier, une série de mesures afin de faciliter l’accès à l’IVG. Parmi elles, le remboursement à 100% des frais annexes à l’avortement, comme l’échographie. Pour les femmes enceintes qui ne souhaitent pas avorter, les deux premières échographies ne sont remboursées qu’à 70%.

Marisol Touraine a annoncé la mise en place d’un parcours de soin remboursé à 100% dès avril 2017 pour les femmes souhaitant faire une IVG, alors qu’une femme souhaitant garder son bébé n’est remboursée qu’à 70% pour ses deux premières échographies. N’est-ce pas pousser les femmes les plus modestes à choisir la voie de l’IVG en raison des coûts que cela représente de garder son bébé ?

Jean-Frédéric Poisson : D’abord, la notion de soin appliqué à une femme enceinte à propos de de l’avortement est extrêmement contestable. Une femme enceinte n’est pas malade, la grossesse n’est pas une maladie et l’avortement ne guérit de rien.

Il y a là un détournement de langage permanent qui verrouille le débat.

En fait, nous sommes dans une logique du tout avortement, que je dénonce depuis longtemps. En effet, le fait que les femmes ne soient remboursées qu’à 70% pour les deux premières échographies montre une volonté de promouvoir davantage l’avortement que la maternité.

C’est d’abord extrêmement regrettable en principe. Parce qu’au moment où la France résiste à un certain nombre de crises grâce à la natalité, tout devrait être fait pour aider les mamans de garder leur bébé. La politique de Madame Touraine ne va pas dans ce sens, parce que ce gouvernement ne veut pas apparaître comme « nataliste ». C’est une idiotie.

A supposer que l’on juge acceptable de supprimer une vie humaine, ce à quoi je suis formellement opposé, il faut regarder à quoi se résume le parcours de soin aujourd’hui. Est-ce qu’il signifie qu’on va dire la vérité aux mamans dans l’entretien préalable ? Que l’on va éclairer les femmes enceintes sur les conséquences psychologiques extrêmement douloureuses de l’avortement ? Que l’on est prêt à leur dire cette vérité-là ? Que l’on va leur proposer une autre solution, une solution de vie ? Je n’en suis pas certain. Et à mes yeux, ce « parcours de soin » relève de la désinformation plus que du soin vrai et juste.

Quel message idéologique cette injustice économique envoie à la société française ?

D’abord celui d’un droit de l’adulte à disposer de la vie des plus petits, qui fragilise la valeur de la vie humaine. Celui ensuite d’une forme d’équivalence sociale entre l’accroissement du droit à l’avortement d’une part, et d’autre part l’accueil de la vie. Celui enfin d’un discours tronqué qui présente implicitement l’avortement comme un acte tout à fait banal, alors qu’il n’en est rien.

Comment réussir à accompagner de la façon la plus neutre possible une femme souhaitant avorter ?

Il n’y a pas de manière neutre d’accompagner une femme souhaitant avorter. Encore une fois, c’est un acte grave.

Ce que je veux, c’est au moins sortir du « tout avortement ». C’est faire en sorte que les femmes se voient proposer une vraie alternative, de vraies solutions, de vraies aides pour permettre un choix libre.

Il faut en fait que – même si je reste fermement opposé au principe même de la suppression de la vie des enfants – la loi soit respectée, et que l’on s’assure du consentement éclairé des femmes. On leur doit la vérité sur les conséquences de l’acte d’avorter, pour elles comme pour leur entourage, poure leur esprit comme pour leur corps.

Il faut donc que toutes les solutions soient mises en œuvre pour que les femmes qui souhaitent garder leur bébé et qui sont dans l’incapaciteé psychologique, sociale ou économique de le faire, puisse se voir proposer des solutions concrètes, pratiques et efficaces. Certaines associations proposent par exemple des maisons d’accueil pour les jeunes mamans.

Le signal envoyé par la société doit être celui qui rappelle l’importance de la vie humaine et d’une naissance. Il me paraît essentiel.

Les commentaires sont fermés

0 Commentaires

Publié par:
Benoit

Publié sur:
janvier 22nd, 2016

Publié dans: