IVG : critiqué par la ministre de la Santé, Mgr Aillet répond

Contactez-nous


Trouvez votre antenne régionale

ou appelez-nous au 0800 746 966

IVG : critiqué par la ministre de la Santé, Mgr Aillet répond


famillechretienne, 29/01/2016
Mgr Aillet
Critiqué par la ministre de la Santé Marisol Touraine et une députée socialiste pour un tweet dénonçant le drame de l’avortement, Mgr Marc Aillet, évêque de Bayonne, demande que le gouvernement respecte le droit à la vie et à l’avis.

Le gouvernement et les députés de la majorité ont décidément des œillères dès qu’il s’agit d’avortement. La moindre prise de parole publique exprimant un désaccord sur la politique menée par la France en matière d’interruption volontaire de grossesse (IVG) est vouée aux gémonies. Mgr Marc Aillet, évêque de Bayonne, Lescar et Oloron, en fait les frais cette semaine après un message publié le 24 janvier, jour de la Marche pour la vie, sur Twitter.
Après avoir été mis en cause par la ministre de la Santé, Marisol Touraine, lors de ses vœux mardi 26 janvier, Mgr Aillet a été pris à partie par la députée socialiste des Pyrénées-Atlantique, Colette Capdevielle, mercredi, à l’Assemblée nationale, durant les questions au gouvernement. « Notre pays connaît des attaques sexistes que l’on croyait révolues et d’un autre temps », a déclaré la parlementaire.

Dans un communiqué publié le lendemain, jeudi 28 janvier, l’évêque de Bayonne s’est dit surpris « de constater la vigueur avec laquelle le gouvernement engage de nombreux moyens pour faire taire – non seulement le délai de réflexion légal pour les femmes – mais la réflexion autour de l’avortement elle-même, à grand renfort de campagnes médiatiques et aux frais du contribuable ».

Alors que le gouvernement amorce de nouvelles mesures pour faciliter l’accès à l’avortement, validés par le Conseil constitutionnel la semaine dernière, Mgr Aillet appelle de ses vœux « que ce débat, trop longtemps ostracisé, caricaturé, voire interdit, soit ouvert à nouveau […]. Ce combat assumé et mené par la classe politique doit être interrogé honnêtement, sans devenir un tabou social dont même les dérives ne peuvent être soumises à la critique ».

« À la suite du pape François qui disait à l’occasion de ses vœux au Corps diplomatique en 2014 : “La seule pensée que des enfants ne pourront jamais voir la lumière, victimes de l’avortement, nous fait horreur”, nous appelons au droit à la vie pour tous, de la conception à la mort naturelle. Et au droit à l’avis », conclut l’évêque français.

Le jour même de la publication de ce communiqué, le pape François a appelé les membres du Comité national de bioéthique italien à ne traiter ni les embryons humains, ni les personnes en fin de vie comme « un matériau jetable ». « On ne peut trier dans les propos du pape et choisir uniquement ce qui nous plaît. Le respect de la vie du début à la fin n’est pas en option », a commenté Mgr Olivier Ribadeau-Dumas, porte-parole de la Conférence des évêques de France, dans un message publié sur Twitter.

Les commentaires sont fermés

0 Commentaires

Publié par:
Benoit

Publié sur:
février 5th, 2016

Publié dans: