60 ans du Planning : “l’avortement, une pratique merveilleuse”

Contactez-nous


Trouvez votre antenne régionale

ou appelez-nous au 0800 746 966

60 ans du Planning : “l’avortement, une pratique merveilleuse”


droitdenaitre, 05/03/2016
60 ans du Planning : “l’avortement, une pratique merveilleuse”
Il est 15h30 ce vendredi 4 mars au Sénat. Quelques mamies tape-dur pénètrent sous les ors de la République.Par grappes, elles gagnent la salle Clemenceau où le Planning familial s’apprête à célébrer son anniversaire par un colloque rétrospectif, où se succéderont militants, médecins et politiques dans un mélange des genres qui est la marque de l’association. L’ambiance rappelle davantage un pot de départ à la retraite qu’une « surprise party ». Normal, le Planning a 60 ans et très peu d’enfants…

L’événement est placé sous le marrainage  (sic) de la sénatrice socialiste Michèle André, également vice-présidente de la fraternelle parlementaire, qui ouvre les festivités par quelques propos convenus. Vient ensuite un message vidéo de Najat Vallaud-Belkacem. Après avoir assuré le Planning de son soutien, le Ministre de l’Éducation nationale se félicite qu’en 2015 plus de 200 000 enfants aient été « formés » par le Planning via les interventions de l’association en milieu scolaire.

« quand je vois le sang, je vois la liberté »

Militante, Mme Vallaud-Belkacem rappelle que le site ivg.gouv.fr est l’enfant commun du Planning familial et de son ministère. Mais il y a une autre créature dont le gouvernement revendique la maternité : l’extension du délit d’entrave à l’IVG. L’évocation de cette disposition légale qui condamne les militants pro-vie à la prison ferme est propre à faire dodeliner de plaisir les têtes chenues.

Danielle Gaudry et Véronique Séhier

Au message de Najat Vallaud-Belkacem, répond le prêche de Véronique Séhier, coprésidente de l’association. On peine à la croire en voyant la cinquantaine de vétérans présents dans la salle, mais le Planning familial est une araignée qui tisse sa toile sur tout le territoire avec près de 76 officines réparties en métropole et outre-mer. Autorisée à pénétrer dans l’enceinte scolaire, supposée neutre, l’association revendique par la voix de sa coprésidente un « engagement profondément politique ». Il est nécessaire d’éduquer « à l’égalité et à la sexualité dès le plus jeune âge », prône Mme Séhier. Face aux « idées conservatrices (qui) font leur grand retour » le Planning doit « poursuivre le combat contre la morale ».

Les propos de Danielle Gaudry, gynécologue et ancienne membre du bureau national du Planning, font froid dans le dos. Face à ses amies, elle se souvient avec émotion du jour où elle a appris la méthode Karmann (avortement par aspiration). Le gynécologue évoque son combat dans les années 1970. Elle pratiquait des avortements illégaux, « c’était gratuit, c’était beau ». La salle s’esclaffe quand la militante rappelle, guillerette, que les femmes avortaient en face d’une maternité appelée « Les Cigognes. » D’après elle, « c’était une pratique merveilleuse, les femmes participaient vraiment à leur avortement et repartaient avec beaucoup d’espoir et d’énergie. » Le docteur Gaudry cite le témoignage d’une patiente se faisant avorter : « quand je vois le sang, je vois la liberté ».

                            « bonjour à toutes, à tous et aux autres »

Après cette évocation de l’âge d’or, Carine Favier, coprésidente du Planning, évoque son engagement contre le SIDA. A l’entendre on se dit que le virus n’avait pas que des inconvénients… Il a en effet offert à l’association l’opportunité d’entrer dans les établissements scolaires. Mouvement militant, le Planning utilise à la fin des années 1980 le masque de l’assistance sanitaire pour endormir la vigilance des parents et des directeurs d’établissements. Caroline Rebhi, membre du bureau national du Planning, avoue néanmoins de « grands moments de solitude quand on parle de sexualité en maternel ou en primaire ».

Françoise Laurent, ancienne président du Planning Familial

La promotion de l’avortement « libre et gratuit » n’est plus le seul combat du Planning familial. L’association ferraille aujourd’hui contre « l’hétéro-normativité » Une militante de l’antenne nordiste du Planning commence son intervention par un retentissant : « bonjour à toutes, à tous et aux autres ». Bienvenue dans le meilleur des mondes… Comme dans le roman d’Aldous Huxley, l’enfance est le terrain de la lutte. C’est dès le plus jeune âge que l’on doit, d’après elle, conditionner au rejet de l’homophobie. Virulente, elle assène : “il faut mettre à mal le système réactionnaire qui prétend assigner un destin à une personne suivant l’apparence de ses organes génitaux. » Vifs applaudissements dans la salle.

Sa collègue, conseillère conjugale, qui se présente comme « gouine » et coauteur d’une brochure diffusée en milieu scolaire intitulée « tomber la culotte », propose d’aider les hétérosexuels à mieux vivre par une déconstruction des stéréotypes de genre…

Bien que l’événement se voulait festif, les militants « féministes et laïcs » ne cachent pas leur inquiétude face au « retour de la droite pétainiste et vichyste ». « Le combat est permanent », regrette Jean-Marie Bonnemayre – président du Conseil National des Associations Familiales Laïques – « chaque enfant a droit à une éducation laïque débarrassée des préjugés familiaux ».

Jean-Marc Roirant, président de la Ligue de l’Enseignement, vitupère contre « les associations catholiques qui empêchent par leurs pression sur les autorités publiques, la diffusion (à l’école) de dessins représentant deux hommes se donnant la main ».

“Les jeunes perçoivent le féminisme comme une affaire de lesbiennes, de frustrées”

Lucie Daniel, chargée du programme « Jeunes » au Planning, se veut optimiste mais ne peut s’empêcher de rappeler à ses camarades l’évidence : « les jeunes du Planning ont vieilli ». Auprès de sa génération elle constate que le mouvement à l’image d’une « association de soixante-huitards ». Quand elle parle de féminisme avec les jeunes « les choses se compliquent »… D’après elle, ceux-ci y voient « une affaires de lesbiennes, de frustrées ».

Le Ministre, tout sourire face à ses "copines"

La conclusion de ce singulier anniversaire revient au Ministre des Familles (sic). Sous les applaudissement de l’auditoire clairsemé, Laurence Rossignol salue la « remarquable, longue et belle histoire » du Planning. Elle définit sa mission ministérielle comme étant celle de « faire vivre le féminisme et de dénicher le sexisme partout où il se cache ». Le Ministre fait part de ses regrets quant au renoncement par le gouvernement d’offrir la PMA aux lesbiennes. « Nous n’avions pas anticipé le mouvement de la Manif pour Tous », justifie-t-elle . Aujourd’hui, le gouvernement ne veut pas « prendre le risque de porter ce changement » mais le Ministre assure«  attendre la moindre fenêtre de tir pour agir sur ce dossier ».

Rassérénée quand il s’agit d’évoquer l’action du gouvernement sur l’avortement, Laurence Rossignol se félicite que « l’IVG » soit devenue « un acte courant dans la vie des femmes ». Elle insiste : « il faut légitimer cet acte, ne pas en faire un acte de culpabilité », raison pour laquelle la notion de détresse a été supprimée de la loi Veil ; « il faut que les femmes puissent dire qu’elles ont très bien vécu leur IVG ».

Le cadeau d’anniversaire du Ministre

Le Ministre revendique «  un cadeau d’anniversaire pour le Planning »: la loi santé permettant le remboursement à 100 % de tous les actes « médicaux » liés à un avortement et la possibilité pour les sage-femmes d’effectuer des « IVG médicamenteuses. » Quant aux « mouvements réactionnaires » dont la vitalité angoisse les militantes féministes la solution aux problèmes qu’ils posent ne semble pas faire l’ombre d’un doute pour le Ministre : il faut utiliser l’arsenal répressif permis par l’extension du délit d’entrave à l’IVG. « Heureusement, nous avons des alliés à droite », conclue-t-elle, rassurante.

Après les discours succèdent les agapes, les militantes de l’égalité se ruent sur le champagne et les noix de Saint-Jacques. Le Ministre ouvre le bal par un élégant « j’arrête pas de bouffer ». Avec l’argent du contribuable, ajoutera-t-on…

Le Planning familial est une vieille dame stérile et lucide quant à son avenir incertain. Mais on aurait tort d’envisager ses funérailles. Sevrée de subventions et chouchoutée par les pouvoirs publics, elle peut compter sur l’appareil étatique pour se maintenir en vie encore longtemps, même artificiellement. Au prix, hélas, de nombreuses victimes…

Les commentaires sont fermés

0 Commentaires

Publié par:
Benoit

Publié sur:
mars 7th, 2016

Publié dans: