L'Eglise, experte en humanité, est pionnière dans la connaissance de la dignité de la femme

Contactez-nous


Trouvez votre antenne régionale

ou appelez-nous au 0800 746 966

L’Eglise, experte en humanité, est pionnière dans la connaissance de la dignité de la femme


lesalonbeige, 08 mars 2016
JpiiSaint Jean-Paul II a écrit une belle encyclique sur la dignité de la femme, mulieris dignitatem. Dans le calme de la nuit, de tout petits extraits après le tohu-bohu des féministes du jour

– « En Marie, Eve redécouvre la véritable dignité de la femme, de l’humanité féminine. Cette découverte doit continuellement atteindre le cœur de chaque femme et donner un sens à sa vocation et à sa vie ».

– « L’«égalité» évangélique, la «parité» de la femme et de l’homme vis-à-vis des «merveilles de Dieu», telle qu’elle s’est manifestée d’une manière si claire dans les œuvres et les paroles de Jésus de Nazareth, constitue le fondement le plus évident de la dignité et de la vocation de la femme dans l’Eglise et dans le monde. Toute vocation a un sens profondément personnel et prophétique. Dans la vocation ainsi comprise, la personnalité de la femme trouve une dimension nouvelle: c’est la dimension des «merveilles de Dieu» dont la femme devient le vivant sujet et le témoin irremplaçable ».

– « L’Eglise, en effet, en défendant la dignité de la femme et sa vocation, a manifesté de la gratitude à celles qui, fidèles à l’Evangile, ont participé en tout temps à la mission apostolique de tout le Peuple de Dieu, et elle les a honorées. Il s’agit de saintes martyres, de vierges, de mères de famille qui ont témoigné de leur foi avec courage et qui, par l’éducation de leurs enfants dans l’esprit de l’Evangile, ont transmis la foi et la tradition de l’Eglise.

A toutes les époques et dans tous les pays, nous trouvons de nombreuses femmes «vaillantes» (cf. Pr 31, 10) qui, malgré les persécutions, les difficultés et les discriminations, ont participé à la mission de l’Eglise. Il suffira de mentionner ici Monique, la mère d’Augustin, Macrine, Olga de Kiev, Mathilde de Toscane, Edwige de Silésie et Edwige de Cracovie, Elisabeth de Thuringe, Brigitte de Suède, Jeanne d’Arc, Rose de Lima, Elizabeth Seton et Mary Ward.

Le témoignage et l’action des femmes chrétiennes ont eu une influence significative dans la vie de l’Eglise, comme aussi dans la vie de la société. Même face à de graves discriminations sociales, les saintes femmes ont agi «librement», rendues fortes par leur union avec le Christ. Cette union et cette liberté fondées en Dieu expliquent par exemple l’action importante de sainte Catherine de Sienne dans la vie de l’Eglise et de sainte Thérèse de Jésus dans la vie monastique ».

– « La dignité de la femme se mesure dans l’ordre de l’amour qui est essentiellement un ordre de justice et de charité (…) Sans recourir à cet ordre et à ce primat, il n’est pas possible de donner une réponse complète et adéquate à la question sur la dignité de la femme et sur sa vocation. Lorsque nous disons que la femme est celle qui reçoit l’amour pour aimer à son tour, nous ne pensons pas seulement ou avant tout au rapport nuptial spécifique du mariage. Nous pensons à quelque chose de plus universel, fondé sur le fait même d’être femme dans l’ensemble des relations interpersonnelles qui structurent de manières très diverses la convivialité et la collaboration entre les personnes, hommes et femmes. Dans ce contexte large et différencié, la femme présente une valeur particulière comme personne humaine et, en même temps, comme personne concrète, du fait de sa féminité ».

– « La dignité de la femme est intimement liée à l’amour qu’elle reçoit en raison même de sa féminité et, d’autre part, à l’amour qu’elle donne à son tour. La vérité sur la personne et sur l’amour se trouve ainsi confirmée ».

– « Si la dignité de la femme témoigne de l’amour qu’elle reçoit pour aimer à son tour, le paradigme biblique de la «femme» semble montrer aussi que c’est le véritable ordre de l’amour qui définit la vocation de la femme elle-même. Il s’agit ici de la vocation dans son sens fondamental, on peut dire universel, qui se réalise et s’exprime par les «vocations» multiples de la femme dans l’Eglise et dans le monde ».

Les commentaires sont fermés

0 Commentaires

Publié par:
Benoit

Publié sur:
mars 10th, 2016

Publié dans: