Avec l'haptonomie, entrer en relation avec son bébé in utero

Contactez-nous


Trouvez votre antenne régionale

ou appelez-nous au 0800 746 966

Avec l’haptonomie, entrer en relation avec son bébé in utero


famillechretienne, 12/09/2017
haptonomie femme enceinte Grâce à l’haptonomie, les parents et l’enfant peuvent « se rencontrer » avant la naissance

Catherine Dolto, fille de Françoise Dolto, médecin et haptothérapeute, est vice-présidente du Centre international de recherche et de développement de l’haptonomie (CIRDH). Entretien.

Les femmes suivent de plus en plus de séances d’haptonomie prénatale en guise de préparation à l’accouchement. De quoi s’agit-il ?

L’haptonomie prénatale n’est pas d’abord une préparation à l’accouchement, mais un accompagnement à la parentalité. Elle se définit comme la science de l’affectivité. L’intuition de son fondateur, Frans Veldman (1921-2010), est que l’affectif réunit le corps et l’esprit. Les neurosciences ont confirmé que les émotions et les sentiments vécus durant la grossesse laissent des traces puissantes sur la santé mentale et physique de l’enfant. Si l’enfant est contacté par ses parents dès sa vie prénatale, il s’éveille ; il pose alors les fondements de son être. L’haptonomie donne à l’enfant un trésor, un humus de sécurité affective, qui lui assurera plus tard une grande élasticité dans ses rapports humains et face aux épreuves de la vie.

Comment se déroulent généralement les séances d’haptonomie ?

L’haptonomie est un accompagnement du couple. Si le père est définitivement absent, un tiers, choisi par la mère, doit absolument être présent, afin que la relation mère-enfant ne soit pas étouffante. Le travail commence le plus tôt possible, se déploie jusqu’à ce que l’enfant marche.

Au début, nous mettons en place la relation parents-enfant. Nous apprenons à la mère à faire un « giron » accueillant. Le giron est ce « nid affectif » qui comprend l’utérus, le périnée, le diaphragme et les muscles abdominaux. Les parents entrent en relation avec l’enfant par le contact tactile et par la voix. La mère n’a même pas besoin de poser ses mains, elle le fait de l’intérieur. Là où elle met son intention invitante affective, le tonus musculaire se modifie, tout devient plus souple et l’enfant, comme aspiré, se déplace. Très vite il apprend à décoder presque avant sa mère ses intentions, et il semble anticiper ses invitations. Il reconnaît les voix qui l’appellent et s’en rapproche.

Cette méthode exclut toute autre méthode fondée sur la respiration, comme le yoga, la sophrologie. Les voies de l’affectivité sont en effet sous-corticales. La respiration met en jeu le cortex, ce qui change immédiatement le tonus dans chaque muscle : ce sont des logiques contradictoires que l’on ne peut pas mélanger.

En quoi l’haptonomie est-elle une préparation à l’accouchement ?

Lors de l’accouchement, se forme un tube de muscles dans lequel l’enfant cherche son chemin. La femme va apprendre à l’accompagner durant la naissance, en gardant ce tube ouvert, au lieu de le fermer sous le coup de la douleur. Elle mobilise son énergie à aider son enfant, non à se concentrer sur elle. Sa perception de la souffrance est modifiée, et elle demande moins souvent de péridurale.

La naissance est un événement capital pour un enfant, et la façon dont il le vit peut être très différente de celle de sa mère qui peut avoir un accouchement formidable, alors que lui se sent abandonné. Dans certaines salles de naissance, dès que la péridurale est posée, l’ambiance devient mondaine. On en oublierait presque que quelqu’un est en train de naître…

Quel effet observe-t-on de cette méthode ?

Les enfants ont un autre tonus et une autre présence. Ils sont très puissants affectivement, très éveillés, mais paisibles. Ils ne pleurent que quand ils ont un vrai problème, car ils ont un fort sentiment de sécurité. Leurs circuits neuronaux marchent très bien et ils ont besoin, plus que les autres, que les interdits soient formulés de façon très claire.

Laisser un commentaire




0 Commentaires

Publié par:
Benoit

Publié sur:
octobre 13th, 2017

Publié dans: