L’Osservatore Romano dénonce les massacres de petites filles

Contactez-nous


Trouvez votre antenne régionale

ou appelez-nous au 0800 746 966

L’Osservatore Romano dénonce les massacres de petites filles


zenit, 24/11/2017
Audience 15 mars 2017, le pape bénit un enfant © L'Osservatore RomanoLes avortements sélectifs, la sélection embryonnaire en fonction du sexe, l’infanticide intentionnel qui consiste à éliminer des fillettes après leur naissance : L’Osservatore Romano dénonce ces « pratiques abominables qui traversent les pays, les religions et les continents ».

Le quotidien du Vatican publie à ce sujet des statistiques et des témoignages, dans son édition italienne du 23 novembre 2017.

Un massacre de petites filles est à l’œuvre principalement en Chine et en Inde (l’Association médicale indienne estime à cinq millions le nombre de fœtus filles avortés chaque année), mais aussi dans d’autres pays. Les chiffres, fournis par Population Research Institute, précisent qu’entre 2000 et 2014, plus de 15.000 avortements sélectifs en fonction du sexe ont eu lieu en Albanie, 7500 au Kosovo, 3100 en Macédoine, 2700 en Bosnie, 2140 en Serbie et 746 au Monténégro. La sélection embryonnaire en fonction du sexe est fréquente dans les cliniques modernes pour la fertilité aux États-Unis. 41% des Américaines qui recourent à cette pratique optent pour une sélection en fonction du sexe, là où celle-ci ne prévoit pas de coût en plus, indiquent les chercheurs de l’université de l’Illinois.

Sœur Devadoss Joseph Margaret, médecin et religieuse des Filles de Marie Auxiliatrice, s’alarme d’« une croissance des avortements sélectifs et des infanticides à l’encontre du genre féminin surtout dans les zones urbaines » en Inde.

« Le plus alarmant, a-t-elle déclaré dans le supplément mensuel de L’Osservatore Romano “Femmes Église monde” le 2 novembre dernier, c’est que l’avortement sélectif prévaut aussi dans les couches sociales les plus élevées. Une autre forme d’homicide au féminin est l’infanticide intentionnel, qui consiste à éliminer une fillette après sa naissance, dans ses 12 premiers mois : si la petite survit au foeticide, elle est abandonnée ou jetée au milieu de détritus ou dans les décharges publiques. Certaines sont brûlées vives, d’autres empoisonnées, d’autres tuées en appliquant du poison sur le sein de la mère. Mais encore, nous avons connaissance de petites filles vendues, torturées et rouées de coups. Toute cette méchanceté est due à l’extrême désir d’avoir un enfant de sexe masculin, répandu dans certaines couches de notre société. »

Pour arrêter « ce carnage de fœtus et petites filles », estime Sœur Devadoss Joseph Margaret, « nous devons … commencer à les considérer comme un patrimoine ». « Nous devons avant tout bloquer les tests de sélection sexuelle, poursuit la religieuse. Deuxièmement, nous devons créer un environnement où chaque enfant à naître est accueilli sans préjugé de genre. Troisièmement, nous devons rappeler qu’aucune société ne peut prospérer quand la moitié de sa population est constamment traitée de manière inférieure par rapport à l’autre moitié. Quatrièmement, n’importe quelle loi écrite ne servira à rien si nous, comme société, nous n’arrêtons pas de nier aux filles la dignité, la liberté et les opportunités qui leur reviennent. »

L’Osservatore Romano cite aussi le quotidien en ligne italien « Piccolo di Trieste » qui raconte, le 19 novembre 2017,  la campagne Nezeljena (non voulue), conduite par l’ONG monténégrine Centre pour les droits des femmes. « Des nécrologes criants, bordés d’un cadre rose, publiés parmi les annonces mortuaires sur les journaux, accrochés aux poteaux de la lumière et aux arbres, écrit Stefano Giantin. Aucune photo de la personne chère disparue, uniquement le profil d’une petite fille. « La campagne, poursuit-il, touche un problème encore irrésolu, souvent gardé sous silence, mais commun à tant de pays voisins, celui des avortements sélectifs, de l’élimination du fœtus au début de la grossesse si c’est une fille parce qu’on aurait préféré un garçon. »

Le quotidien du Vatican évoque également le témoignage de la journaliste américaine Liza Mundy, dans son livre sur la procréation assistée Everything Conceivable. How Assisted Reproduction is Changing Men, Women, and the World (2007).

Elle souligne que si les techniques de reproduction « résolvent beaucoup de problèmes, en même temps, elles en créent des nouveaux et radicaux, car malgré ce que l’on croit, la procréation assistée est la forme de reproduction la moins contrôlable ».

Entre autres, Liza Mundy raconte que la sélection embryonnaire en fonction du sexe devient une réalité de plus en plus fréquente et que la réduction sélective est le secret le mieux conservé de la fécondation in vitro aux États-Unis.

Ce livre a désormais dix ans, « mais qu’est-ce qui a changé depuis ? » s’interroge L’Osservatore Romano : « Si en Inde on ne veut pas de fille parce qu’’élever une fille c’est comme arroser le potager du voisin’ et aux États-Unis on l’écarte parce que, on le sait, les filles sont beaucoup plus difficiles à gérer pendant l’adolescence, parlons-nous vraiment de deux mondes si différents ? »

Les commentaires sont fermés

0 Commentaires

Publié par:
Benoit

Publié sur:
novembre 30th, 2017

Publié dans: