La renaissance d’Heïly, la petite fille qui ne devait pas vivre

Contactez-nous


Trouvez votre antenne régionale

ou appelez-nous au 0800 746 966

La renaissance d’Heïly, la petite fille qui ne devait pas vivre


lavoixdunord, 20/12/2017
Heïly a été opérée le 28 novembre à Paris. Depuis, son état de santé s’est grandement amélioré. PHOTO GUY DROLLETMalade in utero, Heïly est un bébé qui n’aurait pas dû naître. Fait encore inexpliqué, elle a survécu à une interruption médicale de grossesse. Opérée le 28 novembre, la petite fille âgée de bientôt cinq mois est sur la voie de la guérison. Ses parents sont pleins d’espoir.

«  On n’aurait jamais pensé passer Noël avec Heïly.  » Depuis que leur fille a été opérée plus tôt que prévu, le 28 novembre, Audrey Thuillier et Jérôme Delage se voient désormais très bien déposer les cadeaux d’Heïly au pied du sapin. Leur cadeau à eux restera à jamais une date sur le calendrier. Ce mardi 28 novembre 2017, jour de la renaissance de leur fille. L’angoisse qui les rongeait depuis quatre mois s’est évanouie quand ils ont entendu un cri. Celui d’Heïly, opérée à la fondation Rothschild à Paris. «  On était à côté, en salle de réveil. Tout de suite après le cri, un chirurgien est venu nous annoncer que l’opération s’était bien passée.  »

Heïly, «  c’est une miraculée  », considèrent ses parents, admiratifs devant son combat pour la vie. Aujourd’hui, elle gazouille, sourit, se porte bien. Elle revient de loin. En juillet, Jérôme et Audrey, enceinte de huit mois, apprennent que leur bébé est atteint d’une grave maladie cérébrale. Les médecins préconisent une interruption médicale de grossesse, acceptée par les parents. Le 24 juillet, Audrey pense accoucher d’un enfant mort-né, mais stupeur, Heïly est vivante.

Vivante, mais pas guérie. Audrey et Jérôme se rapprochent de la fondation Rothschild à Paris, qui leur propose une opération : «  C’était notre seul espoir, on n’a pas hésité  », dit Audrey.

« Elle avait le sourire. Dans sa manière d’être, on était face à un changement total. C’était comme un bébé qui renaît »

L’opération de neurochirurgie, réalisée par le Dr Sarah Ferrand-Sorbets, dure dix heures. À son réveil, Heïly présente une imposante cicatrice sur le crâne. Ses parents vont très vite constater qu’elle remue les quatre membres. Soulagement. «  Elle avait le sourire, raconte son père, impressionné. Et dans sa manière d’être, on était face à un changement total. C’était comme un bébé qui renaît.  » Les progrès ne se font pas attendre : «  On nous a dit qu’elle serait intubée pendant trois jours, mais un jour après l’opération, elle prenait son biberon.  »

Sa maman se remémore les douleurs de sa fille depuis la naissance : «  Avant l’opération, Heïly faisait des crises d’épilepsie, elle dormait presque tout le temps. Elle souffrait.  »

Audrey est soufflée par l’abnégation de la chair de sa chair : «  On a pris une leçon de vie. Avant, on s’inquiétait pour de petits bobos qui n’en valaient pas la peine.  » La petite Heïly s’est battue pour une vie qui l’a très vite rattrapée  : quelques heures après l’opération, elle sortait sa première dent.

Les commentaires sont fermés

0 Commentaires

Publié par:
Benoit

Publié sur:
décembre 26th, 2017

Publié dans: