Rejet de la pilule : « Les arguments écologiques ont pris une importance étonnante »

Contactez-nous


Trouvez votre antenne régionale

ou appelez-nous au 0800 746 966

Rejet de la pilule : « Les arguments écologiques ont pris une importance étonnante »


lepoint, 27/12/2017
<p>En 2000, 56&#160;% des femmes choisissaient la pilule comme moyen de contraception. Elles ne sont plus que 33&#160;% aujourd'hui.&#160;</p>
Une gynécologue et une sociologue nous éclairent sur l’évolution de la contraception en France, 50 ans après la loi Neuwirth sur la pilule.

Il y a 50 ans, fin 1967, la loi Neuwirth légalisait la pilule contraceptive sur prescription médicale. Danielle Hassoun, gynécologue depuis 1975, a accompagné cette révolution dans la vie sexuelle des Français et surtout des femmes, qui, pour la première fois, disposaient de moyens de contrôler leur fécondité. Si ses premières patientes venaient en grande majorité en consultation pour obtenir la pilule, leurs demandes et pratiques se sont diversifiées au fil des années. Sociologue et chercheuse au Cevipof (Sciences Po), Janine Mossuz-Lavau travaille notamment sur la sexualité. Elle est l’auteur d’une première enquête au début des années 2000, La Vie sexuelle en France, une enquête inédite : des hommes et des femmes racontent comment ils font l’amour aujourd’hui (2002), qu’elle vient, 16 ans plus tard, de mettre à jour selon les mêmes critères. Toutes deux témoignent de l’évolution des pratiques contraceptives.

Les commentaires sont fermés

0 Commentaires

Publié par:
Benoit

Publié sur:
janvier 7th, 2018

Publié dans: