Les États-Unis s’opposent violemment au langage de l’avortement lors des négociations du G7.

Contactez-nous


Trouvez votre antenne régionale

ou appelez-nous au 0800 746 966

Les États-Unis s’opposent violemment au langage de l’avortement lors des négociations du G7.


c-fam, 15/06/2018
Peu de temps avant le sommet du G7 à Québec, les officiels canadiens étaient clairs : les femmes et les enfants allaient être au centre,

et un élément essentiel de leur santé et de leur émancipation est l’avortement. Mais lorsque les déclarations finales furent publiées, toute mention des « droits reproductifs » en avait été enlevée et, selon Devex, « la délégation des États-Unis… est responsable de l’adoucissement des termes officiels »

Le premier ministre canadien, Justin Trudeau, suivant l’exemple célèbre de la Suède, a décrit son gouvernement comme « féministe ». Il utilise les quotas pour s’assurer que la moitié des membres de son cabinet sont des femmes, et impose des règles à son parti pour ne soutenir que les politiques et les candidats pro-avortement. Pour la première fois, comme hôte du G7, le Canada a instauré un « Comité Consultatif sur l’Égalité de Genre » qui a soumis ses propositions pour intégrer le genre dans le travail du G7. D’autres apports comprenaient une déclaration de plus de soixante féministes qui contenait un appel à la fin de « la criminalisation ou des règlementations restrictives de l’avortement ».

Le Comité Consultatif sur l’Égalité de Genre incluait aussi l’avortement dans ses recommandations, qui appelaient au retrait de la politique des États-Unis de « Protection de la vie dans l’aide à la santé mondiale » (Protecting Life in Global Health Assistance, également appelée Politique de Mexico), la fourniture de l’avortement comme un élément de l’aide humanitaire, le financement de la défense de l’avortement, et la prise en charge de l’avortement subventionnée par le gouvernement.

Selon le résumé des discussions du président de séance, de nombreux dirigeants ont appelé à l’inclusion du langage des « droits reproductifs » dans les déclarations officielles, mais cela s’est avéré impossible sans l’accord des États-Unis.

L’une des membres du comité est Katja Iversen, présidente de Women Deliver, qui tiendra sa conférence au Canada l’année prochaine. Après la fin du sommet, Iversen et la ministre des Affaires étrangères du Canada, Marie-Claude Bibeau, ont écrit un éditorial commun qui affirme que la formation du comité sur l’Égalité de Genre est le principal résultat du G7, en omettant toute mention des documents officiels publiés.

L’une des deux co-présidentes du comité est la philanthrope Melinda Gates dont la volonté d’attacher son nom à un document contenant un message pro-avortement aussi extrême est en contraste frappant avec son insistance antérieure pour que la promotion de la planification familiale soit séparée de l’avortement. Utilisant le slogan « Pas de polémique », Gates a suscité la critique de groupes féministes pour avoir « stigmatisé » l’avortement. En même temps, les groupes pro-vie ont remarqué sa volonté à être partenaire et à financer les organisations de planification familiale qui sont clairement des partisans de l’avortement. Il y a peu, Gates a également critiqué la politique de Mexico des États-Unis.

La dernière fois que le Canada a reçu G7 (puis G8) était en 2010, où le premier ministre d’alors, Stephen Harper, avait lancé l’Initiative de Muskoka, effort global pour améliorer la santé maternelle et infantile dans le monde, sans référence à l’avortement. Cela fut critiqué par la Secrétaire d’État américaine, Hillary Clinton, qui était en fonction avec le président Barack Obama, et Cecile Richards, de la Fédération d’Amérique du Planning Familial. À la suite des élections, tant aux États-Unis qu’au Canada, les positions des gouvernements respectifs sur l’avortement se sont en effet inversées.

Lorsque Harper a renouvelé le financement de l’Initiative de Muskoka en 2014, la réaction violente sur l’exclusion de l’avortement s’est rallumée. À cette époque, Melinda le défendait : « la santé maternelle et infantile fait partie du calendrier général, en partie il est vrai, grâce à l’action du Canada ».

À propos de la polémique sur l’avortement, Gates répétait son intention de l’éviter : « J’ai décidé de ne pas m’y engager publiquement, et la Fondation Gates a décidé de ne pas financer l’avortement. »

Si les recommandations du Comité Consultatif sur l’Égalité de Genre constituent une indication, sa réticence à s’engager publiquement sur l’avortement fait désormais partie du passé.

Les commentaires sont fermés

0 Commentaires

Publié par:
Benoit

Publié sur:
juillet 3rd, 2018

Publié dans: