Sarthe Depuis janvier, l'hôpital du Bailleul ne pratique plus les avortements

Contactez-nous


Trouvez votre antenne régionale

ou appelez-nous au 0800 746 966

Sarthe Depuis janvier, l’hôpital du Bailleul ne pratique plus les avortements


lemainelibre, 19/07/2018
Au centre hospitalier du Bailleul, sur cinq gynécologues en poste en 2017, trois ont fait valoir leur clause de conscience.. Photo archives ML - Hervé PETITBONAu centre hospitalier du Bailleul, sur cinq gynécologues en poste en 2017, trois ont fait valoir leur clause de conscience

Au centre hospitalier du Bailleul, il n’a pas été pratiqué d’interruptions volontaires de grossesse depuis le début de l’année. En cause ? Un manque de praticiens. Mais pas que…

Depuis six mois, aucune interruption volontaire de grossesse (IVG) n’a été pratiquée au centre hospitalier du Bailleul. « Attention, il ne s’agit pas d’un arrêt de cette activité mais bien d’une suspension ». Le Dr Abdelhadi Maslho, chef du pôle ACME (Anesthésie Chirurgie et Mère Enfant) tient à cette précision.

Pourquoi cette interruption ? : « il nous manque un praticien, tant que ce poste ne sera pas comblé, nous ne pourrons pas assurer ce service. ».

Au centre hospitalier du Bailleul, sur cinq gynécologues en poste en 2017, trois ont fait valoir leur clause de conscience.

« La clause de conscience, c’est, pour le médecin, le droit de refuser la réalisation d’un acte médical pourtant autorisé par la loi mais qu’il estimerait contraire à ses propres convictions personnelles, professionnelles ou éthiques ».

Suite au départ en retraite d’un praticien, il ne reste donc plus qu’un médecin en mesure de pratiquer l’IVG. Mais l’organisation du service suite à la vacance de ce poste ne permet plus d’assurer les IVG.

Les commentaires sont fermés

0 Commentaires

Publié par:
Benoit

Publié sur:
juillet 24th, 2018

Publié dans: