En 2017, 770 000 bébés sont nés en France

Contactez-nous


Trouvez votre antenne régionale

ou appelez-nous au 0800 746 966

En 2017, 770 000 bébés sont nés en France


insee.fr, 04/09/2018
Capture d’écran 2018-09-06 à 21.35.16En 2017, 770 000 bébés sont nés en France, soit 14 000 naissances de moins qu’en 2016 (– 1,8 %). Depuis 2014, le nombre de naissances baisse chaque année.

Le nombre annuel de naissances se rapproche du point bas des 25 dernières années en France métropolitaine (711 000 naissances en 1994). Le point haut a été atteint en 2010 avec 802 000 naissances.

En 2017, 60 % des naissances ont eu lieu hors mariage

De 1901 à 1978, moins de 10 % des naissances avaient lieu hors mariage, à l’exception de quelques années pendant les deux guerres mondiales (figure 1). Depuis 1979, la proportion des enfants nés hors mariage dépasse 10 % et ne cesse d’augmenter. Elle a dépassé 20 % en 1986, 40 % en 1997 et atteint 60 % en 2017. La diffusion du Pacs (Pacte civil de solidarité) et des unions libres, au détriment du mariage, ainsi que le recul de l’âge au mariage ont rendu les naissances hors mariage majoritaires dès 2006. Celles-ci ont pendant longtemps été perçues comme contraires aux normes sociales et les conceptions hors mariage donnaient souvent lieu à un mariage peu après la conception (encadré). Les naissances hors mariage sont dorénavant le fait de couples stables [Munoz-Pérez et Prioux, 1999], et les enfants nés hors mariage sont le plus souvent reconnus par leur père : en 2017, 84 % des enfants nés hors mariage ont été reconnus par leur père à la naissance. C’était le cas pour 73 % d’entre eux en 1995 et 39 % seulement en 1975. Plusieurs lois votées depuis 1972 ont progressivement assuré l’égalité des droits des enfants autrefois dits « légitimes » s’ils étaient nés dans le mariage et « naturels » sinon, distinction qui a pris fin en 2009.

Davantage de naissances hors mariage dans les Drom et l’Ouest de la France

Les naissances hors mariage sont les plus fréquentes dans les départements et régions d’outre-mer (Drom). En 2017, neuf naissances sur dix étaient des naissances hors mariage en Guyane et à Mayotte (figure 2). En Guadeloupe, en Martinique et à La Réunion, c’est le cas d’environ huit naissances sur dix. En France métropolitaine, c’est à l’Ouest que les naissances hors mariage sont les plus fréquentes : 69,0 % en Bretagne et 67,8 % en Nouvelle-Aquitaine.

À l’inverse, les naissances hors mariage sont plus rares, et non majoritaires, en Île-de-France : 40,4 % dans les Hauts-de-Seine, 43,7 % en Seine-Saint-Denis, 46,7 % dans le Val-de-Marne et 47,0 % à Paris. Bien que légèrement majoritaires, les naissances hors mariage sont moins fréquentes à l’Est que dans le reste du pays. C’est le cas en particulier dans les départements frontaliers de l’Allemagne et de la Suisse.

Ce profil différencié par département s’explique en partie par les choix de types d’unions dans les territoires : le Pacs est plus représenté dans le Sud-Ouest et l’Ouest de la France métropolitaine et le mariage est plus fréquent en Seine-Saint-Denis et dans les Yvelines, ainsi que dans l’Est de la France [Robert-Bobée et Vallès, 2018].

Les naissances hors mariage sont plus fréquentes chez les jeunes

En 2017, les naissances hors mariage représentent 79,8 % des naissances chez les mères de moins de 25 ans, et 89,3 % chez les pères de moins de 25 ans. Plus les parents sont âgés, moins les naissances hors mariages sont fréquentes (figure 3). À partir de 40 ans, 52,8 % des mères ne sont pas mariées. C’est le cas pour 47,8 % des pères.

Donner naissance à un enfant hors du cadre du mariage est une pratique courante pour les mères de nationalité française, africaine (hors Maghreb), américaine ou océanienne (figure 4). En revanche, il s’agit d’un événement peu fréquent parmi celles de nationalité chinoise (24,4 %) et d’une situation assez rare pour les mères de nationalité algérienne, marocaine, tunisienne ou turque (d’une naissance sur dix à une naissance sur vingt).


Figure 4 – Part des naissances hors mariage selon la nationalité de la mère en 2017

Figure 4 – Part des naissances hors mariage selon la nationalité de la mère en 2017
Nationalité de la mère Part des naissances hors mariage (en %)
Française 64,5
Européenne (hors France, y c. Russie) 46,1
Algérienne 10,4
Marocaine 9,4
Tunisienne 5,0
Africaine (hors Maghreb) 69,6
Turque 10,0
Chinoise 24,4
Asiatique (hors Turquie et Chine) 18,9
Américaine, océanienne 68,5
Ensemble 59,9

La France est le pays européen qui compte la plus grande proportion de bébés nés hors mariage

En moyenne en 2016, dans l’ensemble de l’Union européenne (UE), 42,6 % des naissances ont lieu hors mariage. Au sein de l’UE, la France détient le record des naissances hors mariage (figure 5). Elles sont majoritaires dans huit pays sur les vingt-huit de l’UE : France, Slovénie, Bulgarie, Estonie, Suède, Danemark, Portugal et Pays-Bas.

À l’inverse, dans huit pays, plus des deux tiers des naissances ont lieu dans le mariage. En particulier en Grèce, avoir un bébé sans être marié est rare : moins d’un cas sur dix. En Pologne, trois bébés sur quatre ont des parents mariés.

Encadré

Les conceptions prénuptiales

Les fichiers d’état civil sur les naissances renseignent aussi sur la date de mariage des parents. Ils permettent ainsi d’évaluer chaque année le nombre d’enfants conçus avant le mariage des parents. Les conceptions prénuptiales correspondent par convention aux bébés de parents mariés nés au cours des huit mois suivant le mariage. De 1907 à 1942, la part des conceptions prénuptiales est restée inférieure à 5 % chaque année à quelques exceptions près et est restée inférieure à 10 % jusqu’en 1967. En 1972, 12 % des naissances étaient le fruit d’une conception prénuptiale. Cette part a ensuite diminué quasi continuellement et représente moins de 2 % des naissances en 2017.

Parmi les mères non mariées quand elles sont devenues enceintes et ayant donné lieu à une naissance en 2017, 3 % se sont mariées avant la naissance de leur bébé. Ce comportement est donc désormais rare, mais était largement répandu il y a quelques décennies du fait que les naissances hors mariage n’étaient pas la norme sociale [Munoz-Perez et Prioux, 1999] : 63 % des femmes non mariées quand elles étaient enceintes se mariaient avant la naissance de leur bébé en 1970. Cette proportion est tombée à moins de 10 % en 1994.

 

Les commentaires sont fermés

0 Commentaires

Publié par:
Benoit

Publié sur:
septembre 6th, 2018

Publié dans: