Avortements tardifs : deux évêques américains réagissent

Contactez-nous


Trouvez votre antenne régionale

ou appelez-nous au 0800 746 966

Avortements tardifs : deux évêques américains réagissent


genethique, 10/04/2019
Résultat de recherche d'images pour "cardinal Sean O'Malley,"Monseigneur Joseph Naumann, archevêque de Kansas City et responsable des activités « prolife » de la Conférence des évêques américains a réagi suite à l’audience du 9 avril de la commission judiciaire du Sénat sur les avortements tardifs, demandant la promulgation de la loi sur la protection des enfants non nés : « Ce projet de loi [sur les avortements tardifs] attire l’attention du public sur la réalité honteuse du fait que les États-Unis sont l’un des sept pays au monde autorisant la pratique barbare de l’avortement tardif, lorsqu’un enfant ressent probablement de la douleur et peut même vivre en dehors de l’utérus avec une assistance médicale appropriée. De telles procédures d’avortement après le milieu de la grossesse posent également de graves dangers physiques pour les femmes. La grande majorité des américains soutenant fermement l’interdiction des avortements tardifs, il est temps que le Congrès adopte ce projet de loi [sur la protection des enfants non nés]. Je prie également pour que l’examen de ce projet de loi rapproche notre pays de la reconnaissance de tous les bébés à naître en tant que personnes morales dignes de notre amour et de notre respect ».

De son côté, le cardinal Sean O’Malley, archevêque de Boston et président de la Commission pontificale pour la protection des mineurs, a décrié le projet du Massachusetts d’élargir l’accès à l’avortement jusqu’à la naissance : « Collectivement, ces changements ont des conséquences radicales pour la société. Dans la législation proposée, l’avortement est décrit comme «tout traitement médical destiné à entraîner l’interruption d’une grossesse clinique, sauf dans le but de parvenir à une naissance vivante». Même si « de nombreuses procédures cliniques peuvent être décrites de manière satisfaisante en termes purement médicaux », ce n’est pas le cas de l’avortement. « En dépersonnalisant la réalité, la législation déshumanise la décision à laquelle sont confrontées les femmes, leurs familles et leurs médecins ». Le cardinal a précisé qu’il « ne cherchait pas à imposer les enseignements de l’Église catholique à une société diversifiée, mais souhaitait contribuer à la construction d’une société qui protège la vie humaine de sa création à sa mort naturelle». Son objectif n’est pas de juger ou de blâmer les femmes et les familles confrontées à des grossesses extrêmement difficile, mais bien « d’examiner les implications de la législation proposée, qui, parmi ses dispositions, supprime toute limite à l’avortement au cours du troisième trimestre de la grossesse.»

Laisser un commentaire




0 Commentaires

Publié par:
Benoit

Publié sur:
avril 17th, 2019

Publié dans: