Pèlerinage pour la Vie, dimanche 29 septembre 2019 Sanctuaire Notre-Dame de Grâces Cotignac

Contactez-nous


Trouvez votre antenne régionale

ou appelez-nous au 0800 746 966

Pèlerinage pour la Vie, dimanche 29 septembre 2019 Sanctuaire Notre-Dame de Grâces Cotignac


nd-de-graces.com/pelerinage-pour-la-vie/
En la fête des Saints Archanges, Michel, Gabriel, Raphaël, envoyés pour nous accompagner dans la vie, se déroule le pèlerinage pour la vie afin de  procéder à une démarche de demande de pardon pour tous les péchés commis contre l’innocence et présenter au Seigneur de la Vie les enfants qui n’ont pas vu le jour (en raison de fausse couche ou d’avortement provoqué).

Déroulement de la journée

  • 9h30: Accueil au monastère Saint Joseph du Bessillon
  • 10h: pèlerinage de réparation de Saint Joseph du Bessillon à Notre-Dame de
    Grâces
    – parcours du Jubilé et passage de la porte jubilaire
    – méditation de Mgr LEGREZ à chaque oratoire
  • 12-14h pause
  • 14h: Eucharistie présidée par Mgr LEGREZ avec:
    – demande de pardon au Père des Miséricordes
    – offrande des enfants non-nés au Seigneur de la Vie
  • 16h30: Adoration
  • 17h: Vêpres

En la fête des Saints Archanges, Michel, Gabriel, Raphaël, envoyés pour nous accompagner dans la vie, se déroule , depuis plus de 30 ans au Sanctuaire Notre-Dame de Grâces, le pèlerinage pour la vie afin de procéder à une démarche de demande de pardon pour tous les péchés commis contre l’innocence et de présenter au Seigneur les enfants qui n’ont pas vu le jour (en raison de fausse couche ou d’avortement provoqué).

Dans sa lettre encyclique Evangelium vitae, notre pape Saint Jean-Paul II écrit Francois

Je voudrais adresser une pensée spéciale à vous, femmes qui avez eu recours à l’avortement. L’Eglise sait combien de conditionnements ont pu peser sur votre décision, et elle ne doute pas que, dans bien des cas, cette décision a été douloureuse, et même dramatique. Il est probable que la blessure de votre âme n’est pas encore refermée. En réalité, ce qui s’est produit a été et demeure profondément injuste. Mais ne vous laissez pas aller au découragement et ne renoncez pas à l’espérance. Sachez plutôt comprendre ce qui s’est passé et interprétez-le en vérité. Si vous ne l’avez pas encore fait, ouvrez-vous avec humilité et avec confiance au repentir: le Père de toute miséricorde vous attend pour vous offrir son pardon et sa paix dans le sacrement de la réconciliation. C’est à ce même Père et à sa miséricorde qu’avec espérance vous pouvez confier votre enfant. Avec l’aide des conseils et de la présence de personnes amies compétentes, vous pourrez faire partie des défenseurs les plus convaincants du droit de tous à la vie par votre témoignage douloureux. Dans votre engagement pour la vie, éventuellement couronné par la naissance de nouvelles créatures et exercé par l’accueil et l’attention envers ceux qui ont le plus besoin d’une présence chaleureuse, vous travaillerez à instaurer une nouvelle manière de considérer la vie de l’homme.

Le Pape François, lors de son retour des JMJ à Panama en janvier dernier, aux journalistes qui l’interviewait dans l’avion :

François a aussi évoqué la question de l’impact de l‘avortement sur les femmes: «Le message de la miséricorde est pour tous, y compris pour la personne humaine qui est en gestation» et pour les femmes qui ont «fait cette chute. Il y a la miséricorde pour elles». Mais, a-t-il précisé, «la miséricorde est difficile car le problème n’est pas de donner le pardon: le problème est d’accompagner une femme qui a pris conscience d’avoir avorté.  Ce sont des drames terribles». Et François d’évoquer la souffrance des femmes qui ont avorté: “Quand une femme pense à ce qu’elle a fait… je dis ici la vérité… Il faut être là au confessionnal (pour le réaliser ndlr).

Tout ce qu’on peut y faire, c’est de donner la consolation et de ne rien dire». D’où sa décision pastorale: «C’est pour cela que j’ai ouvert la possibilité d’absoudre l’avortement par miséricorde.»
Et d’ajouter ce conseil: «Je conseille souvent, quand elles pleurent: ‘Ton enfant est au ciel: parle-lui, chante-lui les berceuses que tu n’as pas pu lui chanter’». Ainsi, « faut-il trouver une voie de réconciliation de la mère pour son enfant. Avec Dieu c’est déjà fait. Dieu pardonne. Dieu pardonne toujours. »

Le but de la cérémonie est d’accueillir toutes les personnes souffrant de la perte d’un enfant non né : cet enfant que Dieu a voulu de toute éternité et dont la vie a été interrompue, brutalement, volontairement ou involontairement : par avortement, fausse-couche, interruption médicale de grossesse, GEU… Si bref ait été son parcours, il compte pour sa maman ou son papa qui peut souffrir cruellement de son absence, se dévaloriser, se culpabiliser de son geste.

Le regret, la souffrance, la douleur … peuvent être transformés par le baume de Miséricorde que le Seigneur offre à chacun, à chacune. Le Père infiniment bon les attend.

En cette année jubilaire, Mgr Jean LEGREZ, évêque d’Albi et évêque référent de la fraternité Mère de Miséricorde, (http://www.meredemisericorde.org/ ) présidera le pèlerinage.

Laisser un commentaire




0 Commentaires

Publié par:
Benoit

Publié sur:
septembre 13th, 2019

Publié dans: