chronique 8 octobre intro