Je ne l’ai pas désiré

« En un sens, le mystère de l'incarnation se répète en chaque femme: tout enfant qui naît est un dieu qui se fait homme. » Simone de Beauvoir

Je ne l’ai pas désiré

Nous entendons très souvent dire :

« Nous ne l’avons pas désiré, il ne sera pas heureux.»

Sur quel fondement nous basons-nous pour faire pareille affirmation ?

  • Notre propre expérience d’enfant non désiré ?
  • La peur de ne pas savoir le rendre heureux ?
  • La crainte qu’il nous dérange, qui bouleverse notre vie ?

Mais, pouvons-nous prévoir le bonheur ou le malheur d’un être humain ? Quels sont les critères que nous prenons en compte ?


Penchons-nous un peu sur notre dictionnaire

Quatre mots qui ont des significations toutes différentes:

Programmé : Programmer : Planifier, organiser une suite d’opérations.
On Programme l’achat d’une voiture; on programme des vacances

Désiré : Désirer : Attendre, espérer l’avènement, la présence de quelqu’un.
On  désire se marier, on désire un enfant.
Désirer ardemment avec ardeur, avec passion,  passionnément. On peut désirer… mais estimer que ce n’est pas le bon moment.
Ce qui n’était ni désiré, ni programmé, peut, à tout instant, être accueilli, accepté,  reçu et aimé.

Accepter : Donner son consentement ou son assentiment à ce qui est offert, à ce qui arrive; agréer quelqu’un.

Recevoir : Laisser entrer, accueillir (une personne qui se présente, un invité, un client)

Accueillir : accueillir favorablement ; par un comportement précis on manifeste les sentiments que l’on éprouve pour lui, ou  elle.

On accueille un projet, un ami, un événement nouveau, imprévu.

Aimer : Éprouver, par affinité naturelle ou élective, une forte attirance pour quelqu’un ou quelque chose.