Vous avez vécu une fausse-couche

Ce n’est pas refuser la réalité de ton départ, c’est juste accorder un peu de temps pour consommer l’absence, pour te laisser exister, pour ne pas trahir ta présence si petite de vie sur notre terre.

Contactez-nous


Trouvez votre antenne régionale

ou appelez-nous au 0800 746 966

Vous avez vécu une fausse couche, une grossesse extra- utérine

 

« Tu es encore jeune, tu peux en faire d’autres… »
« Regarde les beaux enfants que tu as, d’autres n’ont pas ta chance… »

Vous en avez assez d’entendre ces commentaires.
Assez de faire comme si rien ne s’était passé, comme si vous aviez tout oublié.

Vous sentez que le silence n’est plus la solution

Vous avez le droit de sortir du silence que votre entourage vous a proposé (imposé ?) comme solution à votre souffrance.
Vous avez le droit de sortir du silence que vous vous êtes vous-même imposé.
Oui, pour vous est peut-être venu le temps de reconnaitre, d’accueillir,  puis de dire que vous avez encore mal.

Vivre n’est pas oublier

Oui, cet enfant est peut-être encore présent dans votre mémoire, et vous n’avez pas à en avoir honte.
C’est un être qui a compté et qui compte encore dans votre vie.
Vous ne voulez pas l’oublier… mais vous souhaiteriez qu’il vous laisse vivre.

On peut avoir du mal à dépasser la douleur de la séparation

 

 

 

 

 

 

Pour ne pas rester figé(e) dans le passé et qu’il n’entrave plus votre présent, ni ne compromette votre avenir, il peut être nécessaire de parler à quelqu’un qui vous écoutera avec bienveillance et ne minimisera pas votre souffrance.
Quelqu’un qui osera croire et vous ouvrir à un avenir plein de promesses.