Besoin d'aide ?0 800 746 966(Appel gratuit) contact@meredemisericorde.org

patience du Seigneur !

Témoignages

Je suis heureuse de pouvoir donner mon témoignage de cette manière.
Enracinée avec joie dans la foi catholique jusqu’à 21 ans puis déracinée et emportée par le détestable mai 68, à 27 ans j’ai décidé envers et contre tout et tous que je ne voulais PAS de la vie annoncée, avec non à la vie effrayant.
Aucun regret, seulement le soulagement de cette décision. Aucun cas de conscience jusqu’au jour où… 25 ans plus tard, un titre de livre m’a frappée :  » Le fruit de tes entrailles » de Nelly Astelli-Hidalgo – Ed. St Paul .
Ce livre a été une vraie révélation pour moi, un tsunami humain et spirituel. On m’a parlé de  » Mère de Miséricorde », j’ai suivi une session près de Lyon qui m’a redonné la vie à tous les niveaux. J’ai pu remettre dans la douleur et dans la joie celui que j’avais refusé si totalement à qui j’ai donné un nom : Misaèl -Marie-Reine et qui est la ligne d’horizon de mon Espérance et Amour.
Tous les jours je ne cesse de remercier et de célébrer la patience de notre Dieu et de Son Amour qui se penche sur les tombeaux les plus fermés : pour Lui la pierre à rouler attend seulement Son heure.
j ai une immense reconnaissance à l’équipe qui m’a accueillie pour celle qui s’est présentée comme  » venant de nulle part » .
un merci jamais épuisé à mon accompagnatrice GHISLAINE –
LOUE ANGE ! LE SEIGNEUR EST BON !

Autres témoignages

Ma vie sans la sienne

Aujourd’hui fut pour moi une merveilleuse et éprouvante journée à la fois. Accompagnée d’un ami de longue date habitant la région, j’ai eu la chance de partager avec lui ce pèlerinage. Je savais que cela allait être un moment fort mais je ne m’attendais pas à me...

Joie de la réconciliation avec soi-même

J'avais 23 ans. Quelques mois auparavant, j’avais rencontré mon compagnon à l’autre bout du monde. Ma première relation amoureuse, pleine d’aventure, d’incertitudes et d’espoir ! Naïvement confiante, je suis tombée enceinte quelques semaines après son arrivée en...

Sortie des enfers

Juste avant d’avorter,  il y a de cela 35 ans, j’ai éprouvé le besoin de poser une dernière fois mes mains sur mon ventre. Dès ma sortie de la salle d'intervention, je n’ai plus osé toucher cette partie de mon corps. C’était comme si la mort en avait fait un tombeau...

Share This