Besoin d'aide ?0 800 746 966(Appel gratuit) contact@meredemisericorde.org

Renaissance

Témoignages

Bien que mariée et déjà maman de deux enfants, il y plus de trente ans maintenant , je n’ai pas eu le courage de défendre les deux maternités auxquelles j’ai mis un terme sans chercher d’autre issue. Ayant la foi depuis toujours, j’ai, au cours de deux confessions successives, réalisé que ces actes continuaient de me gâcher la vie et qu’il y avait une issue de délivrance que la session Stabat de ce mois de juillet m’a permis de vivre. Les mots sont trop faibles pour décrire toute l’intensité de ce que j’ai vécu cette semaine. Entre les temps de prière, les enseignements, et l’accompagnement plein de délicatesse qui m’a été d’un grand secours, j’ai pu « mettre symboliquement au monde » ces deux enfants, je leur ai donné une vraie identité et accueilli leur pardon et celui de notre créateur à tous. Je peux désormais penser à eux de manière apaisée, et continuer de vivre le temps qui me reste avec joie, bonheur et projets d’avenir. Je suis infiniment reconnaissante à toutes les personnes rencontrées au cours de cette session qui restera un temps fort et libérateur de mon existence .

Autres témoignages

Joie de la réconciliation avec soi-même

J'avais 23 ans. Quelques mois auparavant, j’avais rencontré mon compagnon à l’autre bout du monde. Ma première relation amoureuse, pleine d’aventure, d’incertitudes et d’espoir ! Naïvement confiante, je suis tombée enceinte quelques semaines après son arrivée en...

patience du Seigneur !

Je suis heureuse de pouvoir donner mon témoignage de cette manière. Enracinée avec joie dans la foi catholique jusqu'à 21 ans puis déracinée et emportée par le détestable mai 68, à 27 ans j'ai décidé envers et contre tout et tous que je ne voulais PAS de la vie...

Sortie des enfers

Juste avant d’avorter,  il y a de cela 35 ans, j’ai éprouvé le besoin de poser une dernière fois mes mains sur mon ventre. Dès ma sortie de la salle d'intervention, je n’ai plus osé toucher cette partie de mon corps. C’était comme si la mort en avait fait un tombeau...

Share This